Pour prévenir le suicide, tout le monde a un rôle à jouer

Alysson, jeune barbière liégeoise acculée par la crise, a mis fin à ses jours en novembre.
Alysson, jeune barbière liégeoise acculée par la crise, a mis fin à ses jours en novembre. - Belgaimage

Cheveux rouges, tatouages et large sourire… Alysson pétillait jusqu’à ce qu’elle mette fin à ses jours. Au milieu du mois de novembre, la Liégeoise devient le symbole de la détresse dans laquelle sont plongées de nombreuses personnes, minées par l’impact financier de la crise du coronavirus ou la solitude du confinement. À 24 ans, elle venait de réaliser son rêve : ouvrir un salon de coiffure dans la Cité ardente. Elle avait placé toutes ses billes dans ce projet, puis avait dû fermer à cause du regain du Covid-19. La deuxième vague a eu raison de son établissement et a aussi placé...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern