Un employé de Buckingham en prison pour vol d’objets au palais

Un employé de Buckingham en prison pour vol d’objets au palais
BelgaImage

Un employé a du palais de Buckingham à Londres a été privé de liberté durant huit mois pour avoir subtilisé des douzaines de médailles, photographies signées et autres objets dans la résidence officielle de la Reine Elisabeth II.

Une revente « low cost »

L’individu de 37 ans a reconnu trois vols, selon l’agence de presse PA qui évoque l’information lundi. La police britannique a découvert « une quantité significative » d’objets volés durant une fouille de son logement dans le palais.

L’homme a revendu sur eBay, bien en deçà de leur valeur estimée, des biens subtilisés, dont deux médailles prestigieuses et un album photo du banquet royal organisé lors de la visite du président américain Donald Trump. L’homme était employé dans l’équipe des cuisines du palais en tant qu’assistant depuis 2015.

Certains des effets volés valaient entre 10.000 et 100.000 livres sterling, soit entre 11.000 et 110.000 euros, révèle PA.

 
  • Les supporters de Trump n’en reviennent pas : ils sont dans le Capitole et ont stoppé la réunion des parlementaires.

    Le jour de honte des États-Unis

    Le dernier baroud de déshonneur du président Trump : envoyer ses partisans envahir le Congrès. La démocratie américaine a résisté.

  • Le charismatique fondateur d’Alibaba s’est «volatilisé».

    L’énigme Jack Ma: disgrâce d’un milliardaire chinois

    Le fondateur de l’empire Alibaba a disparu depuis octobre 2020. Une « volatilisation » inquiétante qui rappelle le sort d’autres hommes d’affaires réduits au silence par le pouvoir communiste. Mais où est donc passé Jack Ma ?

  • Une étude française récente montre que les chats domestiques s’attaquent à 200 espèces animales différentes.

    Mon chat, ce serial killer

    Super-prédateurs des jardins, nos matous ont un impact réel sur la biodiversité qui nous entoure. Ils tuent des milliers d’oiseaux ou de petits mammifères. Conseils.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern