Un restaurant facture des extras lorsque les clients posent des «questions stupides»

Un restaurant facture des extras lorsque les clients posent des «questions stupides»
Capture d’écran Instagram

Si vous vous rendez au Tom’s Diner, à Denver (Colorado), un conseil : faîtes attention à ce que vous dîtes. Car si vous avez le malheur de poser une bête question, vous risquez de le payer, au sens littéral du terme. C’est ainsi que plusieurs clients ont eu la surprise de découvrir sur leur tickets de caisse une ligne supplémentaire : « question stupide ». Un affront facturé 0,38$ (soit environ 30 centimes d'euros).

Des questions stupides mais parfois volontaires

Interloqué, le site américain « Today » a voulu interroger le gérant, Hunter Landry, des lieux sur ce choix original. Il explique qu’en réalité, c’est son oncle qui en a eu l’idée en 1999, quand le restaurant a été inauguré. « C'est censé être ludique. Quand nous avons une tablée amusante, qui échange avec nous ou qui nous interroge sur cette option au menu, c'est toujours drôle de l'ajouter à la note », explique-t-il.

Quant à la réaction des clients, Hunter Landry est formel, le message humoristique passe généralement bien, bien que certains soient « déroutés ». Encore mieux : certains se prennent même au jeu en posant volontairement de bêtes questions, question d’obtenir le fameux ticket de caisse. Parmi les préférées du gérant, il y a par exemple « La glace contient-elle de l'eau ? » ou encore « Y-a-t-il des taxes sur le club sandwich à la dinde ? ».

Inspiré par ce succès, Hunter Landry a même voulu aller un cran plus loin dans la blague. Désormais, les clients peuvent trouver dans le menu une catégorie « options saines » où l’on trouve par exemple un « saute ton prochain repas » ou un « retour à pied à la maison ». Le prix ? « De l’argent bien économisé » pour le premier et « inestimable » pour le deuxième.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus