«Borat» ne sera plus, Sacha Baron Cohen tourne la page

Sacha Baron Cohen
Sacha Baron Cohen - Belgaimage

Toutes les bonnes choses ont une fin, il en est de même pour « Borat ». Le personnage créé et incarné par Sacha Baron Cohen retourne au placard après deux films qui ont su créer la controverse. Le deuxième volet sorti sur Amazon Prime en octobre 2020 et sobrement appelé : « Borat, nouvelle mission filmée : Livraison bakchich prodigieux pour régime de l’Amérique au profit autrefois glorieuse nation Kazakhstan » a pourtant connu un certain succès. L’acteur a décidé que ces faux documentaires devaient prendre fin.

Le premier opus sorti en 2006 a été bien accueilli malgré de nombreuses critiques. Il suivait le parcours de Borat Sagdiyev, un reporter kazakh, est envoyé aux Etats-Unis pour prendre des leçons et améliorer le niveau de vie du Kazakhstan. Son enquête va mener à un choc de culture, source de l’humour parfois grinçant du film. Sacha Baron Cohen a continué dans cette lancée avec le deuxième film en reprenant son rôle de journaliste. Ce dernier après avoir été accusé de ternir l’image de son pays, décide de se racheter en se mariant à la fille du vice-président, Mike Pence.

Le réalisateur explique dans une inteview accordée à Variety, le jeudi 7 janvier, ce qui l’a poussé à ressortir son rôle de Borat. « J’avais la sensation que la démocratie était en danger. J’avais la sensation que la vie des gens était en danger (…) Au départ, le film devait parler du danger que représentent Trump et le trumpisme. Ce que le coronavirus a montré, c’est que ces mensonges et ses théories du complot ont des effets mortels ». Le second film, comme le premier, a été tourné à la façon d’un documentaire. L’objectif étant véritablement de décrédibiliser le président Trump et de pousser son public à voter.

Les élections américaines ayant décidé du sort de Trump, l’acteur estime qu’un troisième volet n’a plus de raison d’être : « J’ai ressuscité Borat à cause de Trump. ce film servait une mission, et je ne vois pas l’intérêt de le refaire. Donc oui, Borat est enfermé au placard ». Au vu de la situation ces derniers jours, la porte du placard s’est peut-être fermée un peu vite. Sacha Baron Cohen, connu pour son style de réalisation sous forme de faux documentaire et son « mankini » (un string à bretelles), est aussi l’auteur de séries en partie réalisées en caméra cachée. Une des plus marquantes étant « Who is America » (Qui est l’Amérique). Dans cette série il cherche à montrer les travers de la société américaine qui vient d’élire Donald Trump. Il y incarne plusieurs personnages, très décalés et clivants.

 
  • Les supporters de Trump n’en reviennent pas : ils sont dans le Capitole et ont stoppé la réunion des parlementaires.

    Le jour de honte des États-Unis

    Le dernier baroud de déshonneur du président Trump : envoyer ses partisans envahir le Congrès. La démocratie américaine a résisté.

  • Le charismatique fondateur d’Alibaba s’est «volatilisé».

    L’énigme Jack Ma: disgrâce d’un milliardaire chinois

    Le fondateur de l’empire Alibaba a disparu depuis octobre 2020. Une « volatilisation » inquiétante qui rappelle le sort d’autres hommes d’affaires réduits au silence par le pouvoir communiste. Mais où est donc passé Jack Ma ?

  • Une étude française récente montre que les chats domestiques s’attaquent à 200 espèces animales différentes.

    Mon chat, ce serial killer

    Super-prédateurs des jardins, nos matous ont un impact réel sur la biodiversité qui nous entoure. Ils tuent des milliers d’oiseaux ou de petits mammifères. Conseils.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern