Le «bébé Trump» gonflable entre au musée de Londres

Le «bébé Trump» gonflable entre au musée de Londres
BelgaImage

Un énorme bébé gonflable à l’effigie du président américain Donald Trump, utilisé par des manifestants opposés à sa venue au Royaume-Uni en 2019, sera exposé au Museum of London, a annoncé lundi ce musée consacré à la vie de la capitale britannique. Le bébé blond au visage colérique et au teint orangé, vêtu d’une simple couche culotte, téléphone portable à la main, était devenu un symbole des protestations anti-Trump lors de la visite d’État du président américain, en juin 2019. Des répliques en ont été faites dans le monde entier. Ce ballon de six mètres de haut avait été exhibé une première fois en 2018, pour protester contre les honneurs prévus pour le milliardaire américain.

Une satire devenue un emblème historique

Sharon Ament, directrice du musée de Londres, a expliqué dans un communiqué que le musée avait acquis cet objet afin de représenter « la vague de sentiments qui a submergé la ville ce jour-là et capturer un moment particulier de résistance ». Selon le musée, ce ballon est « une idée géniale et imaginative » et représente « une réponse des Londoniens ». « Nous ne faisons pas de politique et nous n’avons pas de position sur la politique aux États-Unis, mais le ballon est une représentation de la satire britannique typique », a encore relevé Sharon Ament. « Nous utilisons beaucoup d’humour et nous nous moquons des politiciens. C’en est un excellent exemple - littéralement ».

Le ballon, qui a fait le tour du monde, est arrivé à Londres dans une valise et doit d’abord être mis en quarantaine. Après cela, il sera exposé. Les concepteurs du « Bébé Trump » espèrent que l’objet rappellera « le moment où Londres s’est opposée à Trump et incitera ceux qui le voient à réfléchir à la façon de poursuivre le combat contre les politiques de haine ». Le ballon rejoindra les collections du musée consacrées aux manifestations dans la capitale britannique, qui incluent des objets liés au mouvement pour le droit de vote des femmes ou encore des pancartes utilisées récemment pour protester contre les baisses des dépenses publiques.

Le musée a ajouté être en contact avec les propriétaires d’un ballon à l’effigie du maire travailliste de Londres Sadiq Khan, qui avait critiqué le « tapis rouge » déroulé à Donald Trump au Royaume-Uni. Ce ballon avait été créé en réponse au « bébé Trump » par des opposants à Sadiq Khan.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.