«Si on n’a pas d’espoir quand on a 20 ans, alors que nous reste-t-il?»: le discours percutant d’un jeune Youtubeur français

«Si on n’a pas d’espoir quand on a 20 ans, alors que nous reste-t-il?»: le discours percutant d’un jeune Youtubeur français
Capture d’écran

Gaspard Guermonprez est un jeune Youtubeur français de 23 ans, aussi journaliste et vidéaste. Il est connu pour ses vidéos sous le nom de Gaspard G, et habituellement, ses productions sont vues par quelques dizaines de milliers d’internautes maximum. Mais sa dernière vidéo, elle, vient de dépasser les 138 milliers de vues. Intitulé « Les meilleures années de nos vies », ce « face-cam’ » de Gaspard interpelle les autorités et la population dans son ensemble, au nom des étudiants Français ou non, qui n’ont plus le droit de suivre leurs cours normalement.

« Cette histoire est inspirée d’une histoire vraie. C’est l’histoire d’Heïdi, d’Antonin, de Hugo, la réalité de Ryan, d’Émilie, de Clara et de millions d’autres », commence Gaspard dans sa vidéo postée sur Twitter et Instagram. « Depuis presque un an, ma chambre est devenue mon bureau, mon lieu de repos, mon cinéma, mon amphi, ma BU, ma cafét, et il est vrai, un mini-bar quand je craque », énonce-t-il, comparant cette pièce à un « repère dans un monde devenu fou » mais « qu’on veut quitter pour de bon comme un naufragé pris au piège ».

« À quoi sert-il de vivre ? »

Si les universités et hautes écoles ont pu rouvrir leurs portes en France depuis début janvier, ce n’est que sous certaines conditions. Tous les étudiants ne sont pas autorisés à retourner en cours, et ces derniers, s’ils ont repris, ne se donnent pas 100 % en présentiel. « Nous les étudiants, nous les confinés, nous les Robinsons modernes. Notre avenir se ternit, nos rêves s’estompent, nos cours s’annulent. La lassitude et l’incertitude font désormais partie de notre quotidien. Mais le temps, les concours, les partiels, eux ne s’arrêtent pas », poursuit Gaspard G, qui se demande comment alimenter un CV lorsque les jobs étudiants et les stages « n’existent plus ». « Si on n’a pas d’espoir, pas de perspectives d’avenir quand on a 20 ans, alors que nous reste-t-il ? ».

Le jeune Youtubeur pourtant s’estime chanceux, car lui a eu la chance de vivre ses premières années d’études normalement, avant la crise du coronavirus. Il a pu rencontrer ses camarades « en vrai ». Mais ce n’est pas le cas de tous ceux qui ont commencé leurs études en 2020, ceux qui risquent de « décrocher, abandonner, se désintéresser » ou de rater. « L’isolement est réel, le livreur de pizza devient un camarade, le papillon de nuit un vieux copain. À cette solitude s’ajoute pour beaucoup une précarité, un stress économique », détaille encore Gaspard, avant d’interroger : « À quoi sert-il de vivre si c’est pour laisser place à une génération de morts-vivants ? À quoi sert-il de vivre, si c’est pour vivre terré, sans culture, sans rencontres, avec un ordinateur pour seul interlocuteur ? ».

Le jeune Français reconnaît qu’il n’a pas de solution miracle, mais juste « un appel général à la reconnaissance, au sens du sacrifice de notre génération » à passer. « Nous, étudiants de France, vivons littéralement enfermés depuis presque un an, dans ce qu’on nous a pourtant décrit comme les meilleures années de notre vie », conclut-il. Un discours alarmant qui a été largement partagé sur les réseaux sociaux.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern