Herta au tribunal après la mort d’un enfant à cause d’un Knacki

Herta au tribunal après la mort d’un enfant à cause d’un Knacki
BelgaImage

Ce lundi 25 janvier, le président d’Herta, Arnaud de Belloy, s’est rendu au tribunal correctionnel de Dax. Son tort : sa société serait coupable d’« homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». En 2014, un enfant de 3 ans, Lilian, est décédé en mangeant une saucisse Knacki et ce n’est qu’aujourd’hui que la plainte des parents est véritablement entendue devant la justice. Comme l’expliquent ses parents, ce n’est toutefois pas l’argent qui les intéresse avec ce procès.

Un produit non adapté à l’œsophage des plus petits

Il y a sept ans, Lilian est avec sa famille bordelaise dans un camping et sa mère prépare pour les enfants des haricots verts avec des Knacki coupées en rondelles. Mais après quelques bouchées, le garçon s’étouffe avec un bout de saucisse. Ses proches ont beau immédiatement faire la manœuvre de Heimlich, appeler les secours et faire tout le nécessaire, le morceau reste bloqué. Quand il est enfin retiré, c’est trop tard, il fait déjà une crise cardiaque et meurt peu après.

Aujourd’hui, l’avocat des parents confie à l’AFP que s’ils veulent mettre Herta devant la justice, c’est « pour qu’il y ait une prise de conscience des consommateurs qui ignorent la dangerosité de ce produit ». « Le diamètre de ces saucisses correspond à l’œsophage des plus petits et leur matière spongieuse peut se coller à la trachée », dit-il.

La position d’Herta change petit à petit

D’autres incidents similaires confirment ce fait. En 2012 par exemple, une petite fille, Mayline, s’étouffe à cause d’une Knacki Ball et fait quatre crises cardiaques avant de tomber dans le coma, malgré l’intervention rapide de son père puis des pompiers. Il a fallu plusieurs semaines pour qu’elle soit sortie d’affaire avec des séquelles handicapantes. Herta a depuis été condamné à verser 150.000€ pour le préjudice subi.

Au moment de ces affaires, la société n’indiquait à l’arrière de l’emballage qu’une petite indication : « Ne pas donner ni laisser à portée d'enfants de moins de 4 ans ; ils risqueraient d'avaler sans mâcher ». Depuis 2015, il est écrit : « Pour les enfants de moins de 4 ans, couper la saucisse dans le sens de la longueur puis en tout petits morceaux afin de prévenir les risques d’étouffement ». Herta s’était également engagé à sensibiliser les autres fabricants de saucisses sur ce problème. Aujourd’hui, les parents de Lilian veulent que cette indication soit véritablement visible, à l’avant de l’emballage, question de maximiser les chances d’éviter un quelconque accident.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.