USA: des concerts maintenus en mettant le public dans des bulles gonflables (vidéo)

USA: des concerts maintenus en mettant le public dans des bulles gonflables (vidéo)
Capture d’écran Instagram

Pour contrer le coronavirus, on n’arrête pas le progrès ! Puisque le secteur de la musique est paralysé par la pandémie, certains tentent de trouver des solutions pour maintenir les concerts. Parmi ceux-ci, on trouve un groupe de rock d’Oklahoma City, The Flaming Lips. Leur solution : installer le public dans des bulles gonflables. Une astuce insolite mais réussie. Les deux concerts prévus pour le week-end dernier ont pu être maintenus grâce à cela.

Bubble Party !

Evidemment, il faut une certaine organisation. Chaque bulle pouvait ainsi contenir jusqu’à trois personnes pour un total de 100 bulles. Autrement dit, chaque concert pouvait au maximum accueillir près de 300 personnes. Un nombre réduit mais nécessaire pour mettre tout le monde dans la salle, surtout qu’il a fallu 20 minutes pour que chacun prenne place. Chaque bulle disposait d’un haut-parleur sans fil pour bien entendre la musique, d’une bouteille d’eau pour éviter la déshydratation, d’un ventilateur et d’un bouton pour ceux qui devaient aller aux toilettes. La quantité d’air disponible dans chaque bulle permettait de profiter du spectacle pendant une heure et dix minutes sans courir aucun risque. A la fin du concert, tout est désinfecté pour pouvoir être réutilisé.

Avant la pandémie, le chanteur Wayne Coyne avait déjà pu se mettre dans une bulle gonflable pour flotter au-dessus de son public. Cette fois-ci, il a pu reproduire l’expérience en marchant littéralement sur les bulles des spectateurs, tout en se mettant lui-même dans sa propre boule.

L’idée des Flaming Lips s’inscrit dans la réflexion globale sur la façon d’organiser des concerts pendant la crise sanitaire. Dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni, l’option qui a été choisie a été d’organiser des concerts en plein air avec une grande distance de sécurité entre les spectateurs. Mais en hiver, cela est plus difficilement faisable. D’autres ont donc organisé des concerts en intérieur avec des tests obligatoires pour tout le monde juste avant l’événement, comme en Espagne. Les résultats des études montrent qu’en faisant cela, il est possible d’éviter les contaminations. Mais tout cela se fait au prix d’une organisation dantesque qui n’a pas le droit à l’erreur.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.