Fatigué des polémiques, Nicolas Bedos quitte les réseaux sociaux

Fatigué des polémiques, Nicolas Bedos quitte les réseaux sociaux
BelgaImage

Ce n’est pas la première fois qu’une star se retire des réseaux sociaux, mais quand il s’agit d’une personnalité friande des messages en ligne, cela résonne comme un coup de tonnerre. C’est ce qui vient de se passer ce samedi avec Nicolas Bedos. Manifestement lassé des multiples polémiques que ses publications ont provoquées, il s’est retiré de Twitter et Instagram. Une initiative qu’il explique dans un long (et dernier) message.

« J'ai goûté à cette violence et je l'ai détestée »

C’est dans une lettre au fond noir que l’humoriste et acteur s’est attardé sur les raisons qui l’ont amené à prendre cette décision. Affecté par la mort de ses parents, il confie que depuis plusieurs mois, « les réseaux sociaux servent de jardin en friche à mes rancœurs personnelles et colères impulsives ». Mais au-delà de cela, il se plaisait à défier en ligne le « fléau du politiquement correct qui menace très gravement nos arts non-essentiels et la liberté d’expression si chère à mes aïeux ».

Mais ce combat a ses limites. Face aux polémiques à répétition, il se dit « conscient des limites de l’expression directe » et par conséquent, il veut désormais se recentrer sur son travail, en laissant tomber les réseaux sociaux. Ce sera donc désormais via son métier qu’il fera passer ses messages, et non via internet. « J'ai goûté à cette violence et je l'ai détestée », dit-il. « Adieu à tous, et vivement la réouverture des salles obscures, vivement la réouverture d'un monde où la culture se considère ».

A la lecture de cet au revoir, beaucoup se sont étonnés d’une telle démarche, parfois en regrettant un retrait qui affaiblirait justement les débats de société. D’autres disent au contraire respecter cette décision et avoir hâte de le retrouver dans son prochain film, « OSS 117 : Panique en Afrique noire », qui devrait sortir en salles le 14 avril prochain, si le coronavirus ne force pas cette date à changer.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Prostituées, les oubliées du confinement

    Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.