À la télé ce soir: «L’arme fatale 2» ou «Première année» (vidéos)

Capture d’écran
Capture d’écran

« L’arme fatale 2 », à 20H10 sur TIPIK

Le policier Martin Riggs est un véritable trompe-la-mort. Son efficacité à toute épreuve et sa témérité quasi suicidaire lui ont d’ailleurs valu le surnom d’« Arme fatale ». Riggs fait équipe avec Roger Murtaugh, un policier noir plus conventionnel, pour protéger un témoin contre des trafiquants de drogue…

« Première année », à 21h05 sur France 2

Benjamin vient d’avoir son bac S et s’inscrit pour la première fois en PACES, nom officiel attribué à la première année commune aux étudiants de médecine, dentaire, kinésithérapie, pharmacie et sage-femme. De son côté, Antoine, détenteur d’une dérogation médicale, tente pour la troisième fois le concours…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« L’arme fatale 2 », à 20H10 sur TIPIK – trois étoiles

de Richard Donner (1989)

L’arrivée du truculent Joe Pesci aux côtés de Mel Gibson et Danny Glover apporte une dose d’humour supplémentaire à ce deuxième volet qui, au box-office US, réussit même à compléter le podium de l’année, juste derrière le premier « Batman » de Tim Burton et le troisième « Indiana Jones » (« La dernière croisade ») de Steven Spielberg. Ah, la saga des sagas…

« There Will Be Blood », à 20H50 sur ARTE – deux étoiles

de Paul Thomas Anderson (2007)

L’interminable portrait d’un vrai Ravachol des temps héroïques du pétrole incarné de manière toujours appuyée à la limite du cabotinage par Daniel Day-Lewis qui remporta son deuxième Oscar plus de vingt ans après celui de « Mon pied gauche ». Sacré meilleur film de l’année par les critiques de Los Angeles et Ours d’argent à Berlin, ce récit volontairement excessif et malsain dut se contenter d’une seule autre statuette pour la photographie, barré dans la catégorie reine par « No country for old men » des frères Coen, presque aussi ténébreux mais éclairé par un humour… noir qui fait toute la différence.

« Le serpent aux mille coupures », à 22H30 sur 13ÈME RUE – deux étoiles

d’Éric Valette (2017)

Il y a autant de « Canicule » et de « Total Western » que de « Cavale sans issue », voire un peu de « Malavita » et même de « Samouraï », dans ce polar champêtre assez musclé où tout le monde se livre un combat sans merci autour d’un tueur solitaire ayant semé la grosse pagaille autour d’un trafic de drogue. L’auteur de « La proie » est décidément un vrai cinéphile !

« Réparer les vivants », à 22H40 sur FRANCE 2 – deux étoiles

de Katell Quillévéré (2016)

Un émouvant et sensible plaidoyer pour le don d’organes, joliment joué quoiqu’en fin de compte un peu trop démonstratif, sauf dans le chef de Tahar Rahim, qui s’efface complètement derrière son personnage de praticien idéaliste.

« Beaumarchais l’insolent », à 21H05 sur C8 – une étoile

d’Édouard Molinaro (1996)

Le dernier long-métrage du metteur en scène bordelais d’« Oscar » est tiré de la pièce éponyme de Sacha Guitry dont sont autant respectés le style que la frénésie de faire défiler les vedettes en guise d’histrions.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Le nombre de permis de bâtir octroyés en Belgique pour de nouvelles constructions unifamiliales diminue progressivement. La tendance qui monte: l’habitat groupé.

    Batibouw, un vrai salon… virtuel

    Du 27 février au 7 mars, la foire du bâtiment se tient sur internet. Un vrai salon, avec des contacts avec les exposants, mais en ligne. Un thème à retenir: les logements modulables.

  • Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    Prostituées, les oubliées du confinement

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.

  • La princesse Delphine s’est pliée de bonne grâce au jeu des photos témoins. Elle prend la pose ici devant le tombeau du roi Léopold Ier.

    Monarchie: Delphine dans la crypte royale

    Le 17 février, le Roi a invité sa demi-sœur à se recueillir devant les défunts de la Famille royale en l’église Notre-Dame de Laeken.