Un candidat de la Star Academy révèle avoir été victime de viols dès l’âge de 7 ans

Un candidat de la Star Academy révèle avoir été victime de viols dès l’âge de 7 ans
Capture d’écran Instagram

À partir de 7 ans et pendant quatre années, il a subi viol après viol. Aujourd’hui, Mathieu Johann, demi-finaliste de la Star Academy 4, a la quarantaine et brise le silence, en plein débat en France sur l’inceste et les agressions sexuelles. Sur Instagram, il raconte comment s’est passé son calvaire et comment il a été difficile pour lui d’en parler auparavant, même à ses proches.

Le « long chemin de la guérison »

Dans sa publication, il montre une image de lui à 7 ans avec pour premier commentaire : « Est-ce que j’ai une tête à consentir une relation sexuelle ? ». Une référence directe au nouveau projet de loi en France qui devrait épargner prochainement les enfants victimes d’agressions sexuelles de devoir témoigner en justice (il y a débat pour établir la limite de cette loi à 13 ou 15 ans).

Ensuite, Mathieu Johann raconte comment, à cet âge-là, « un homme est venu voler [son] enfance », sans donner plus de précisions sur son identité. « Récemment j’ai compris à quel point ces viols subis pendant quatre ans avaient abîmé ma vie au-delà de ce que je pensais. Il y a deux ans j’ai compris que j’avais enfoui mon chagrin et ma colère pour protéger ma mère. Pour lui faire croire que j’allais bien et apaiser sa douleur », dit-il.

« Je me suis décidé à aller à la rencontre de ce petit garçon de 7 ans. Je l’ai autorisé à pleurer, à parler, à dénouer. Et depuis je libère un à un les traumatismes et les démons qui sont les miens. Et à 40 ans, enfin, j’ai l’impression de commencer à vivre, à me réparer. Il est long le chemin de la guérison, de la paix intérieur ».

Il décrit ensuite comment il a commencé à surmonter cette épreuve, après avoir « touché le fond du panier des tristesses et de ses excès ». Il remercie enfin toute une série de personnes, dont l’association « La voix de l’enfant » qui vient en aide aux jeunes en détresse.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern