Les Indiens appellent au boycott de Spiderman après un quiproquo

Les Indiens appellent au boycott de Spiderman après un quiproquo
BelgaImage

En décembre 2021, le film « Spider-Man: No Way Home » sortira enfin au cinéma après un report dû à la pandémie de Covid-19. Mais voilà que son succès est déjà menacé sur le marché indien. En cause : un hashtag qui a le vent en poupe en Inde, #BoycottSpiderman. Les internautes qui le partagent visent ainsi directement l’acteur principal du film, le Britannique Tom Holland, accusé d’avoir commis un affront au Premier Ministre Narendra Modi. Sauf qu’en réalité, ces critiques sont totalement injustifiées !

Pas le bon Tom Holland !

Tout est parti d’un tweet publié mercredi dernier, publiés par un certain Tom Holland. Dans celui-ci, on peut lire « je suis un grand admirateur de la modestie dont Modi a fait preuve en donnant son nom au plus grand stade de cricket du monde », en référence à un stade de la ville Ahmedabad (dans l’Etat natal de Narendra Modi, le Gujarat). Pour les supporters du Premier Ministre, réputé très à droite avec un conservatisme hindou à toute épreuve, cet « affront » mérite bien un boycott du nouveau Spiderman.

Oui, sauf que l’auteur de ce tweet n’est pas l’acteur, mais l’historien britannique Tom Holland, reconnu pour ses travaux sur l’histoire de l’islam ! Mais trop tard, le mal est fait et cette confusion est ignorée par les partisans de Narendra Modi qui relayent sans cesse cet appel au boycott. « C'est une affaire interne à l'Inde. Nous allons vous donner une leçon de vie. #boycottspiderman », peste un internaute. « Vous qui conspirez contre le leader mondial (Modi). Attendez, la police de Delhi vient vous chercher », lance un autre.

De son côté, Tom Holland (l’acteur) n’a pas voulu réagir et n’a pas cité cette affaire sur les réseaux sociaux, ce que l’historien homonyme ne s’est pas privé de faire. « Oh là là, il semble que j'aie à moi seul détruit les perspectives du prochain Spiderman en Inde. Mes excuses au film Spiderman. J'aurais dû me rappeler qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », a-t-il écrit sur un ton humoristique.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern