Tonton David avait caché ses problèmes de santé à toute sa famille

Tonton David avait caché ses problèmes de santé à toute sa famille
Belga

Interprète du tube « Chacun sa route », Tonton David nous a quittés le 16 février dernier. L’annonce de sa mort avait suscité une vague d’émotion et d’hommages, d’autant plus que le chanteur français n’avait que 53 ans.

Pris de court par le décès brutal de leur père, qui a succombé à un AVC, les quatre enfants de Tonton David ont décidé de lancer une cagnotte pour lui offrir « des funérailles dignes de ce nom » et « sortir le disque sur lequel il travaillait ». En effet, Zachary, Salomé, Théo et Samuel ont confié, deux jours après la disparition du chanteur, qu’ils n’avaient pas les moyens de financer les frais funéraires.

Aujourd’hui, dix jours plus tard, la cagnotte atteint déjà les 50.000 euros. Certains internautes ne comprennent pas comment une famille comme celle de Tonton David peut ne pas avoir assez d’argent pour lui offrir de belles funérailles. Pour le magazine Public, Samuel, un des enfants du chanteur, est revenu sur la petite polémique, expliquant les raisons d’un appel aux dons. « Des gens ne comprennent pas pourquoi les enfants d’un artiste connu demandent de l’aide. Mais quelqu’un qui chante moins pendant vingt ans, et n’a pas de métier à côté, ne roule pas sur l’or », a-t-il déclaré, précisant que son père allait pouvoir maintenant recevoir « le meilleur pour ses obsèques, dans l’intimité à Paris, là où il a grandi ».

De plus, la famille de Tonton David n’était pas préparée à la mort de ce dernier. Il n’avait en effet pas parlé de ses problèmes de santé à son entourage. « Il nous a caché les signes avant-coureurs de son AVC. Il a tout gardé pour lui », a expliqué Samuel Grammont, avançant l’hypothèse que son père « ne voulait pas leur faire du mal ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern