Pour passer à la caisse d’un magasin, elle utilise son string en guise de masque (vidéo)

Pour passer à la caisse d’un magasin, elle utilise son string en guise de masque (vidéo)
Capture d’écran Twitter

Il y a quelques jours, une vidéo a fait un véritable buzz en Afrique du Sud. Là-bas, une femme se rend dans un magasin du type Collect&Go mais au moment d’arriver à la caisse, elle est arrêtée par un agent de sécurité. Elle ne porte pas de masque et ne peut pas avancer. Interloquée, elle ne tardera pas à avoir une initiative pour le moins surprenante. Comme elle n’a pas de masque sur elle, elle a tout simplement retiré son string pour le mettre sur sa tête. Une idée qui a à moitié convaincu.

Bien essayé, mais…

Visiblement énervée par sa mésaventure, cette Sud-Africaine réplique, avec son string sur le visage : « Heureux ? ». Une attitude qui provoque les rires autour d’elle. « Doux seigneur », soupire l’homme qui filme la scène. Juste à côté d’eux, une femme applaudit l’initiative et dit, presque en rigolant, « je trouve cela acceptable, c’est un masque ». La remarque rend alors complètement hilare la personne à l’origine de la vidéo. Finalement, il semble que l’idée de ce « masque de la débrouille » n’ait pas convaincu l’agent de sécurité qui a continué à lui refuser le passage.

Sur les réseaux sociaux, une bonne partie des internautes critiquent vertement la cliente. « Allez, grandis. Que doit penser votre famille ? », demande une personne selon le média Newsflash. « Cela me rend malade. Elle connaît la loi dans le monde entier. Nous avons un virus grave et (elle pense) qu'un string va la sauver », ajoute une autre relayée par le New York Post. Il faut dire que l’Afrique du Sud est un des pays les plus concernés par la pandémie de Covid-19. C’est notamment là qu’a émergé l’une des variantes parmi les plus virulentes de la maladie.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ces instants où tout bascule

    Julien SANDREL copyright Bruno Levy

    Julien Sandrel publie un nouveau roman solaire. Pour lui, pas de doutes, « les petits bonheurs du quotidien sont plus importants que tout ».