Les seiches réussissent aussi «l’épreuve du marshmallow»

BelgaImage
BelgaImage

Tout d’abord créée pour tester les petits humains, l’épreuve du marshmallow semble aussi pouvoir être relevé par les seiches. Les règles sont simples, l’individu patiente (ou non) devant une gourmandise dans le but d’en avoir une meilleure plus tard.

C’est cette patience et cette résistance à la tentation qui a été testée sur les seiches. Elles sont capables d’attendre entre 50 secondes et un peu plus de deux minutes avant d’avoir un meilleur repas que la récompense qui leur est proposée. C’est une étude publiée ce mercredi 3 mars qui offre ces résultats.

Maîtrise de soi…

Cette étude cherchait à tester et la maîtrise de soi et les capacités d’apprentissage de l’animal. Les scientifiques ont d’abord entraîné les seiches à faire un choix entre différents « repas » pour s’assurer lesquels étaient préférés aux autres. Par la suite, ces mêmes animaux se sont vus proposer la friandise la moins appréciée en premier puis après un délai, la plus appréciée.

Les résultats ont alors montré que les seiches cèdent au bout de 50 secondes à 2 minutes... et préfère les petites crevettes vivantes, les Palaemonestes à des morceaux de crevette royale crue. Seulement trois autres animaux, sans compter les humains, ont montré cette même aptitude : les chimpanzés, les corbeaux et les perroquets.

… et capacités d’apprentissage

Ce n’est pas la seule donnée intéressante qui ressort de l’étude réalisée principalement par le docteur Alexandra K. Schnell, du département de psychologie de l’Université de Cambridge. Les chercheurs ont proposé à chacune des seiches deux blocs, un blanc et un gris, vers lesquels la seiche devait nager. Seulement l’un des deux blocs permettait d’obtenir une récompense.

La chercheuse explique ensuite : « Une fois que la seiche a appris à associer une couleur à une récompense, nous avons inversé les règles : la seiche devait nager vers l’autre couleur pour avoir la crevette ».

Ces tests ont permis d’établir que les seiches qui assimilaient le plus vite la couleur avec la récompense, affichaient les plus hauts taux d’attente pour avoir leur récompense préférée. Pour expliquer les bénéfices pour la seiche d’avoir cette capacité de maîtrise de soi et d’apprentissage, l’étude émet l’hypothèse que ces compétences sont nécessaires pour réussir un bon camouflage. La seiche doit savoir attendre le moment opportun pour aller chasser la crevette sans se faire manger par des prédateurs.

Pour ceux curieux de voir comment les humains s’en sortent face à cette épreuve, voilà une vidéo.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern