«On est comme des cons...»: Florent Pagny lance un gros débat après une élimination (vidéo)

«On est comme des cons...»: Florent Pagny lance un gros débat après une élimination (vidéo)
Capture d’écran TF1

« Ce genre de performance, pour les téléspectateurs, on se fait défoncer », prévient-il. Il est vrai que la candidate qui vient de quitter l’aventure The Voice France venait de livrer une performance a priori à la hauteur du show. Après une interprétation de la chanson « Never Enough », Marina, 18 ans, a été éliminée malgré sa grande puissance vocale. Florent Pagny, comme les autres, n’a pas appuyé sur le buzzer. Mais après que Marine ait quitté le plateau, celui-ci, très « contrarié », a bien fait comprendre à ses trois amis coachs que selon lui, ils avaient collectivement fait une belle erreur avec ce talent.

« On devrait y être, à au moins deux »

« À un moment, on ne peut pas laisser passer une petite comme ça, lâche Florent Pagny après le départ de Marina. Elle a 18 piges. C'est justement la matière dont on a besoin. Tu as vu tout ce qu'elle nous fait ? À un moment vous êtes là à dire 'j'adore les imperfections'. Puis là, d'un seul coup, elle a des imperfections. Heureusement qu'elle a des imperfections (...) On devrait y être. Au moins deux quoi. Et puis se l'embarquer et la faire chanter. (…) Elle a un don naturel. Bien sûr qu'il faudra du travail. On en a tous besoin, même encore nous », argumente d’abord Florent Pagny.

« On est comme des cons parce qu'on a trop de monde. Il y a trop de monde encore à écouter. C'est ça notre galère. C'est pour ça qu'on ne peut pas chercher d'autres excuses. Si on avait moins de monde, peut-être que vous n'y seriez pas allées, mais moi j'y allais ».

Un manque d’émotion dans l’interprétation

Loin de se repentir, les autres coachs dégainent leurs arguments. Selon eux, s’ils ne se sont pas retournés, c’est pour une bonne raison. Pour Amel Bent, la performance vocale était là, oui, mais il manquait l’émotion, surtout que comme Marc Lavoine, elle pensait que Marina était plus âgée. « Je me suis dit "c'est vert", elle ne sait pas ce qu'elle chante. Moi j'ai besoin de l'histoire. J'aime Mariah Carey mais j'aime aussi Aznavour, j'ai besoin des deux », dit-elle. Un point sur lequel Marc Lavoine la rejoint totalement : « Je pense qu’elle est encore assez jeune pour chanter ce genre de texte. Moi je suis désolé, quand j’avais son âge et que Serge Rousseau m’a dit les mots qu’il m’a dits, ça m’a servi à quelque chose. Je me suis dit ‘il a raison, il faut que je travaille’ ».

« Moi je ne suis pas d'accord (Florent, ndlr). Je te dis la vérité. Si j'avais encore 10 places, je n'y serai pas allée », ajoute Amel Bent. Une déclaration à laquelle acquiesce Vianney. Mais pour ce dernier, ce sont des « imperfections » dans la voix de Marina qui ont empêché son siège de se retourner. Et quand Florent Pagny lui fait remarquer que parfois, ce sont des « imperfections » qui l’amènent à buzzer, celui-ci répond que ce ne sont pas les mêmes.

Dans tous les cas, Florent Pagny sort de ce blind avec un goût amer. « Ce genre de performances, pour les téléspectateurs, on se fait défoncer. Le public qui regarde ce genre de performances en voyant qu'on n'appuie pas, il se dit "mais qu'est-ce qu'ils font ? ». « Mais il faut l’expliquer aux gens que la sensibilité, c’est quelque chose qui ne s’explique pas », conclut Amel Bent.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern