Marché de l’art: vrai expert cherche «faux»

L’expert scrute, au binoculaire, un bouddha cambodgien.
L’expert scrute, au binoculaire, un bouddha cambodgien. - R.J.

Au sol, un bronze thaïlandais. Au mur, une sculpture birmane du XVIIe siècle. Sur le bureau, un bouddha cambodgien. Le trio peut impressionner. Pourtant, deux œuvres sont des « faux ». L’œil naïf n’y voit que du feu, mais Patrick Laycock a de la bouteille. On ne la lui fait pas. Historien de l’art, il est à la tête du «  plus ancien laboratoire privé d’investigation scientifique d’œuvres d’art au monde  ». Depuis 1975, ce Bruxellois scrute avec minutie les pièces qu’il reçoit et les inspecte selon plusieurs méthodes...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern