Accueil Actu Soirmag

Plantu signe son dernier dessin pour «Le Monde»

À 70 ans, le dessinateur fait valoir son droit à la retraite après presque 50 ans au sein de la rédaction.

Temps de lecture: 2 min

Plantu a commencé sa carrière à 21 ans au sein de la rédaction du quotidien Le Monde. À cet âge, le jeune homme ne savait pas encore qu’il allait en faire une carrière entière. Nous voilà près de 50 ans plus tard, Plantu signe son dernier dessin pour la rédaction. Le quotidien va devoir trouver de nouveaux illustrateurs pour sa une.

Le dessinateur avait accordé un entretien au Soir où il revenait sur son parcours et ses valeurs. À l’occasion de son départ, Le Monde lui dédie un supplément de huit pages pour retracer son parcours. Le dessinateur a commencé sa carrière en 1972, alors en pleine guerre du Vietnam. petit à petit ses dessins deviennent une des caractéristiques principales du journal.

Pour le dernier dessin, Plantu sort les colombes, les petites souris et un président de la République perdu dans ses annonces entre les aides soignants et les médias en attente d’une décision.

Cartooning for Peace

Dans une interview accordée au Monde, le dessinateur admet qu’il n’arrêtera pas aussi facilement. « Comment voulez-vous que je décroche ? Ce truc que je fais, ce n’est pas un métier. C’est une vie  ! ». D’abord vendeur d’escabeaux aux Galeries Lafayette, le jeune homme de l’époque y est allé au culot en allant sonner aux portes de la rédaction. Il voulait rencontrer un journaliste, n’importe lequel, pour lui montrer ses dessins.

L’homme est aussi à la tête d’un réseau de dessinateurs de presse créé en 2016 : « C artooning for Peace ». Ce réseau est mis en place avec Kofi Annan, prix de Nobel de la Paix et fait suite aux caricatures de Mahomet. 200 dessinateurs de près de 70 pays participent à ce réseau.

De nouveaux dessinateurs

Pour le remplacer, Le Monde va faire appel à une dizaine d’illustrateurs français et internationaux, notamment grâce à ce réseau. L’objectif est de varier les auteurs mais aussi les perspectives sur l’actualité. Le directeur du Monde, Jérôme Fenoglio explique les transformations à l’AFP  : « Tous les jours, l’association nous proposera 4 à 5 dessins, réalisés soit à l’initiative de leurs dessinateurs et dessinatrices, soit parce que nous les aurons commandés, et comme toujours la direction du Monde choisira le dessin qui nous paraîtra le plus adapté, dans le contexte de la une ».

Le directeur ajoute : « Le dessin de presse a un enjeu de renouvellement, d’ouverture et de féminisation et on s’est dit que le départ de Plantu, c’était, tout en garantissant le maintient d’un dessin en une du journal, l’occasion d’ouvrir cette fenêtre ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une