Un musée Tussaud retire sa statue de Donald Trump, trop frappée par les visiteurs

Des dizaines de musées possèdent leur statue de Donald Trump, comme ici au Musée Tussaud de Londres.
Des dizaines de musées possèdent leur statue de Donald Trump, comme ici au Musée Tussaud de Londres. - PRESSASSOCIATION

Après la décision du musée Tussaud de Berlin de mettre la statue de cire de Donald Trump à la poubelle en novembre dernier, voilà un autre établissement, américain cette fois, qui retire l’ex-président de sa salle d’exposition. Mais pour des raisons différentes. Si les Berlinois souhaitaient « faire de la place pour le prochain président » (Joe Biden n’était pas encore élu officiellement à l’époque), les responsables du musée Tussaud de San Antonio, aux États-Unis, n’ont eux pas vraiment eu le choix.

En effet, la statue de cire de Donald Trump est régulièrement la cible de coups de la part des visiteurs du Louis Tussaud’s Waxworks Museum. Ce qui a contraint l’établissement américain à retirer la statue de sa salle d’exposition. Elle était trop abîmée pour rester visible du public, rapporte le San Antonio Express-News.

Cependant, il se peut qu’une fois réparée, la statue de l’ex-président retourne en salle d’exposition du Louis Tussaud’s Waxworks Museum. Les personnages de cire sont exposés à tour de rôle aux visiteurs, en fonction de l’actualité et de leur popularité.

Le musée américain souligne par ailleurs que la statue de Donald Trump n’est pas la seule à recevoir des coups. « Nous avons toujours eu des problèmes avec la section présidentielle parce que, quel que soit le président, Bush, Obama ou Trump, ils ont tous été battus », explique un steward de l’établissement, « Les oreilles ont même été arrachées à Obama six fois ».

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • DR

    Chasseurs de microbes (11)

    Du XVIIe siècle à Louis Pasteur, Paul De Kruif raconte dans un livre passionnant l’existence hors normes et les découvertes magnifiques de grands savants, pionniers de la science et bienfaiteurs de l’humanité.

  • DR

    Suzuki Across: le cadeau de Toyota

    Après le break Swace, un nouveau modèle vient enrichir un peu plus la gamme Suzuki. Et une fois encore, c’est un festival de premières. Le SUV Across est un petit événement.

  • DR

    La Jeep Compass encore plus européenne

    Découvrez d’autres nouveautés du monde automobile.