Accueil Actu Soirmag

En Italie, le plus grand tricératops du monde est en train d’être reconstitué

Le grand dinosaure sera ensuite vendu aux enchères à Paris pour l’automne prochain.

Temps de lecture: 3 min

Big John de son petit nom, est en train de reprendre forme dans les ateliers d’une entreprise privée, Zoic, à Trieste. Il serait le plus grand spécimen retrouvé pour le moment. L’entreprise qui s’en occupe existe depuis quarante ans et a été fondée par Flavio Bacchia, un géologue. Selon une étude de l’Université de Bologne, le dinosaure date d’il y a 66 millions d’années. Il ferait huit mètres de long et trois mètres cinquante de haut.

60 % des ossements retrouvés

« Son crâne mesure deux mètres soixante-deux, or dans la littérature scientifique, le crâne du plus grand spécimen de cette espèce actuellement connu fait deux mètres cinquante. Il y a donc une différence assez importante entre les deux » rapporte le géologue à la RTBF. Flavio Bacchia a acheté ces fossiles pour 350.000 euros à un chercheur de dinosaures qui l’a trouvé dans un ranch dans le Dakota aux États-Unis. Une chance, d’autant plus que le géologue à ainsi récupérer 60 % des ossements du dinosaure. Le puzzle géant a donc commencé à Trieste. Certains des os du mastodonte pèsent plus de 30 kilos. Il faut aussi composer avec les pièces manquantes, principalement des éléments de vertèbres et des pieds, et les reconstruire.

L’entreprise est très contente de ce chantier qui débute : « Il va être magnifique. Derrière son crâne, on va recomposer son corps dans une position dynamique, et le squelette va reprendre sa dimension dans l’espace comme quand l’animal était en vie. Nous lui donnerons l’attitude du taureau de Wall Street  ! » explique Flavio Bacchia.

Vente aux enchères pour des acheteurs privés

L’objectif final de ce travail est de la vendre par la suite lors d’une vente aux enchères. Le dossier de cette mise en vente est réalisé par Icapo Briano, un expert en paléontologie, qui possède aussi une galerie au Sablon à Bruxelles. Il explique : « Avant, ces squelettes de dinosaures étaient vendus aux musées, mais depuis quelques années, des collectionneurs privés s’intéressent, comme on achète des œuvres d’art, on achète des dinosaures ».

Cet intérêt particulier pour les ossements de dinosaures n’en reste pas moins inquiétant pour les musées. En effet, avec l’arrivée de ces nouveaux acheteurs suffisamment riches pour faire grimper les prix, les musées ne peuvent pas suivre. Ils se retrouvent donc à ne pas pouvoir compléter leurs collections faute de moyens, voir même de manquer des occasions pour mieux les étudiers. L’an dernier à New York, un T-Rex a été vendu à 31 millions de dollars par Christie’s. Pour ce qui est du prix possible pour Big John le tricératops, rien de sûr encore. Il faudra compter les frais d’assemblage et de fabrication des ossements manquants mais aussi le transport et le remontage du mastodonte dans le lieu choisi par le futur acheteur.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une