«The Voice France»: les cross-battle ont largement convaincu le public

Capture d’écran - «The Voice»/Youtube
Capture d’écran - «The Voice»/Youtube

De l’autre côté de la frontière, « The Voice » continu et hier soir se tenait une nouvelle étape pour l’émission sur TF1. Les coachs devaient mettre en place des stratégies pour que les candidats s’affrontent dans des battles croisées comme le dit le nom de cette épreuve. Le public était invité à voter pour le candidat favori à la fin de chaque battle. Après avoir affronté les auditions à l’aveugle et les battles, les candidats ont dû remettre ça avec les battles croisées, orchestrées par leur coach. Cent personnes étaient présentes dans le public suivant les règles sanitaires en vigueur et ont pu voter pour leur favori en direct.

Une nouvelle épreuve

Pour expliquer le déroulé de cette épreuve. Un coach doit envoyer un candidat sur scène pour qu’il défende sa place et il doit aussi annoncer le coach qu’il souhaite défier : «  Cette épreuve est l’antichambre de la demi-finale, c’est une transition entre les phases où les coachs étaient seuls décisionnaires et celle où les téléspectateurs auront à voter en direct  », explique le producteur Matthieu Grelier. « Les cross battles sont un peu comme une arène où le public ressent les vibrations en étant dans les gradins et vote avec un ressenti instinctif de ce qu’il vient de voir ». Le producteur annonce que pour lui, réaliser cette épreuve en direct rend le moment beaucoup plus intense que lorsqu’on peut le voir aux États-Unis.

Une prouesse technique

Les coachs et leurs candidats se sont succédés. Il était question de bien optimiser le potentiel de chacun de leur candidat. Un rôle important qui a ajouté un certain dynamisme à l’émission comme l’explique le directeur de programme d’ITV Studios France : «  C’est une épreuve très forte et un peu déstabilisante parce que les coachs ont peaufiné leur équipe et donnent la main à des personnes qui sont autour d’eux. Cette mise en danger les oblige à une réflexion supplémentaire et permet de mettre sous pression les talents, de voir ce qu’ils ont dans le ventre  ». Il est aussi question de tester les équipes techniques qui ont fait le choix de délivrer les résultats des battles dès la fin de la performance : « Nous sommes les premiers à proposer les cross battles sous cette forme immédiate avec le verdict donné dans la foulée de chaque duel. C’est beaucoup plus intense qu’aux États-Unis où les résultats interviennent le lendemain » explique le directeur de programme.

Sur Twitter, les internautes semblent très contents du résultat mais surtout des performances réalisées par les candidats.

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern