Norman Lloyd, doyen du cinéma qui a travaillé avec les plus grands, est mort à 106 ans

BelgaImage
BelgaImage

Norman Lloyd, de son vrai nom Norman Perlmutter, est décédé à 106 ans. L’annonce a été faite par son ami, le producteur Dean Hargrove. Ce dernier a déclaré : « Le troisième acte de sa vie était vraiment la meilleure période de sa vie ». L’acteur était l’un des plus âgé dans le monde avec une carrière de 80 ans. Il est connu pour avoir joué pour des grands réalisateurs comme Alfred Hitchcok, Charlie Chaplin, Orson Welles et Jean Renoir notamment. Il a été vu dans un dernier film en 2015, « Crazy Amy », alors qu’il était centenaire.

Norman Lloys a commencé sa carrière dans les années 1920 en faisant des comédies au théâtre. Il faisait partie de la compagnie « Mercury Theater » d’Orson Welles. Mais il devient connu en 1942 quand il joue dans « La Cinquième Colonne » d’Alfred Hitchcok. Il prend les traits de Franck Fry, un méchant tué dans le film en chutant de la statue de la Liberté. Alfred Hitchock sera un partenaire de travail avec qui il sera aussi réalisateur et producteur. Plusieurs films sont réalisés comme « La Maison du docteur Edwardes » puis dans la série télévisée « Alfred Hitchock présente ». Sa carrière continue avec Jean Renoir dans « L’homme du sud » en 1945. En 1952, l’acteur va travailler avec Charlie Chaplin en jouant un chorégraphe dans « Les Feux de la rampe ». Il s’illustre aussi dans « Le cercle des poètes disparus » de Peter Weir qui a raflé les prix à sa sortie, dont l’Oscar du meilleur scénario original.

Norman Lloyd passe aussi à la télévision dès 1939 dans le téléfilm « The Streets of New York » d’Anthony Mann. Plus récemment dans les années 2000, il joue dans les séries « Modern Family » ou « The Practice ».

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern