Patrick Bruel met en garde ses fans contre les usurpations d’identité: «C’est tout simplement dégueulasse»

Capture d’écran
Capture d’écran

Ce dimanche 30 mai, Patrick Bruel était invité sur RFM, au micro de Pascal Nègre. Il a notamment profité de cette occasion pour mettre en garde ses fans, mais aussi pour passer un vrai coup de gueule contre les arnaqueurs qui usurpent son identité pour soutirer de l’argent à ses fans. Comme lui, de nombreuses personnalités sont victimes de ces appropriations illégales d’identité, qu’elles dénoncent régulièrement.

« Il n’y a pas un artiste qui va vous demander de l’argent. Il n’y a pas un artiste qui va vous demander des avantages pour ceci ou cela. C’est important de le dire parce que je ne suis pas le seul artiste à en avoir ras le bol. Beaucoup d’artistes se plaignent. C’est tout simplement dégueulasse », a déclaré le chanteur pour expliquer qu’il en avait marre de ces arnaques, rapporte 7sur7.

Patrick Bruel a ensuite évoqué les nouvelles technologies et les réseaux sociaux en particulier : « C’est une avancée technologique et sociale absolument considérable. Elle donne accès à la culture, à la communication. Mais en même temps, il y a un code la route, des limites à ne pas dépasser, mais ce n’est pas le cas sur les réseaux sociaux parce qu’il y a des gens qui s’expriment et qui ne devraient pas pouvoir s’exprimer sur ces plateformes. Les modérateurs ne font pas toujours leur boulot et ça peut être extrêmement néfaste, extrêmement dangereux  ».

Samedi dernier, dans « 50’ Inside », la star avait déjà prévenu ses fans du danger de ces arnaques, en leur recommandant la prudence. « Il faut suivre la pastille bleue, qui certifie qu’il s’agit bien d’un compte officiel vérifié. Si vous voyez des comptes à 2.000, 3.000, 4.000 ou 5.000 abonnés, ce n’est pas ça, ce n’est pas nous. Je n’ai jamais demandé de l’argent à qui que ce soit et je ne le ferai jamais  », avait-il expliqué.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern