Un couple de propriétaires retrouve leur maison saccagée et des cadavres d’animaux

Image d’illustration - BelgaImage
Image d’illustration - BelgaImage

Voilà deux ans que Fatima et Noé Ataman faisaient face à un locataire qui occupait les lieux mais ne payait pas le loyer. La maison à Beaufort-Blavincourt, dans le nord de la France, était louée à une mère de famille jusqu’à son décès. L’un de ses deux fils est resté après son décès. Le couple de propriétaires, Fatima et Noé Ataman a donc saisi la justice. Un huissier est allé remettre la sanction au locataire il y a un mois.

Comme le rapporte La Voix du Nord, le couple s’est rendu sur les lieux pour évaluer la situation la semaine dernière. Ils étaient accompagnés de la fondation 30 millions d’amis. Ensemble, ils se sont retrouvés sur un terrain envahi de hautes herbes, une maison sale, remplie de détritus mais aussi des cages de transport pour les animaux. Ils ont notamment découvert les ossements d’un Saint-Bernard, de furets et de lapins, mais aussi deux cadavres de chien en cage. Ils n’ont pas encore eu le temps de parcourir tout le terrain de 7.000 m2.

Plainte pour cruauté animale

Pour le couple, pas de doute qu’il est question de cruauté animale. Une plainte a été déposée contre le locataire qui aurait probablement fait de l’élevage clandestin. Ce dernier a quitté les lieux il y a quelques mois déjà. Fatima Ataman s’est confiée à la Voix du Nord et a déclaré, visiblement émue : «  On ne le poursuit pas pour ce qu’il a laissé, mais pour acte de cruauté. Il a fermé la porte à clef et il est parti sans leur laisser une chance.  » La Fondation 30 millions d’amis, aussi déposera plainte.

Régulièrement des affaires d’abandon et de maltraitance animale apparaissent. Généralement, les animaux sont retrouvés des mois plus tard, laissés seuls dans une maison.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern