Une enquête ouverte contre le Youtubeur «Papacito» pour «provocation» au meurtre

Capture d’écran - «Papacito»/Youtube
Capture d’écran - «Papacito»/Youtube

Dimanche 6 juin, Ugo Gil Jimenez ou « Papacito » sur Youtube, postait une vidéo de lui simulant le meurtre d’un électeur insoumis, appartenant donc au parti de Jean-Luc Mélenchon. Dans la vidéo, Papacito est accompagné d’un autre youtubeur qui tire avec une arme sur le mannequin représentant cet électeur. La vidéo intitulée « Le gauchisme est-il pare-balles ? » a été supprimée le lendemain de la plateforme.

Enquête pour « provocation publique »

Jean-Luc Mélenchon a réagi : « Je mets en garde contre le fait que cette vidéo est parue en fin de journée dimanche, alors même que commençait à s’orchestrer une odieuse manipulation de mes propos à propos des attentats qui ont eu lieu au cours des précédentes élections, et à propos desquels je veux renouveler l’expression de ma compassion pour les victimes ».

L’enquête est conduite pour « provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteintes à la vie ou à l’intégrité des personnes » comme l’annonce le Parquet de Paris. Fabien Roussel (PCF), autre candidat à la présidentielle, avait également annoncé « saisir le procureur » parce que les communistes y étaient aussi désignés comme cibles. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Dans la vidéo, l’acolyte de Papacito se trouve être Code Reinho, un autre youtubeur de l’extrême droite, spécialisé dans les armes. Ensemble, ils rient du manque de préparation d’un militant de La France insoumise. Tous les deux, dans leurs treillis militaires, ils tirent dans la tête du mannequin. Ainsi ce « militant » ne pourra plus « se prononcer en faveur de la GPA, PMA » par exemple. Ils précisent tout de même : « Alors bien sûr, le but de cette vidéo n’est pas de vous engager à produire de la violence, elle est purement expérimentale ».

Proche des sphères d’extrême droite

Mais qui est ce youtubeur particulier, nationaliste et d’extrême droite, habitué à la provocation ? Ugo Gil Jimenez est un youtubeur toulousain mais aussi dessinateur de 35 ans. Dans ses vidéos, l’homme est connu pour lancer des propos homophobes, sexistes et/ou racistes. Sa chaîne rassemble deux millions de vues, sa page Instagram compte 65.000 personnes et il s’est retrouvé banni de Twitter depuis janvier 2021. Une présentation qui en dit déjà pas mal sur le personnage.

Lors d’une interview dans Valeurs Actuelles, l’homme retrace son parcours et notamment ses études en sociologie : « J’ai fait des études de sociologie, avec l’espoir de trouver un débouché, comme on nous l’avait fait croire à l’école. (…) La faculté, qui est le creuset de la gauche, m’a beaucoup agacé. Cela a suscité chez moi un rejet tellement puissant de la société que je me suis dit : « Soit j’écris, soit je tue des gens. » Ma morale chrétienne m’a poussé vers la première option (Rires).  »

Dessinateur de bande dessinée, il s’est mis en relation avec le dessinateur Marsault pour les éditions Ring. En 2019, ils sortent la bande dessinée « L’Ultime croisade » et est décrite sur le site de la maison d’édition, habitué à éditer des noms connus de l’extrême droite, comme suit : « Papacito + Marsault, c’est l’alliance de deux des plus gros méchants du net, qui mettent en commun leur absence de finesse et leur taux anormalement élevé de testostérone pour produire la bande dessinée la plus intolérante de la décennie ».

Enfin Papacito a reçu les compliments d’Éric Zemmour. Sur le plateau de CNews, le polémiste a d’ailleurs dit : « J’aime beaucoup Papacito, c’est un garçon sympathique et intelligent ». Quant à la vidéo, Éric Zemmour la trouve « gaguesque ».

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern