Décès de Dixie Dansercoer: les chances de retrouver son corps sont inexistantes

BelgaImage
BelgaImage

Dixie Dansercoer était accompagné de deux autres explorateurs, le Canadien Sébastien Audy et la Néerlandaise Johanna Adriana Simone Maria. Ensemble, ils devaient traverser le Groenland de part en part sur presque 2.200km, entre Nasarsuaq et Qaanaaq. En chemin, les trois aventuriers devaient aussi conduire des expériences scientifiques pour aider la recherche sur le changement climatique.

Malheureusement, le 7 juin dans l’après-midi, Dixie Dansercoer est passé à travers un pont de glace et est tombé dans un gouffre. Les experts de ces régions-là sont bien au courant des dangers que représentent ces formations. Ce sont des trous de profondeurs variables à travers des glaciers, recouverts d’une fine couche de glace, très difficile à voir.

Un temps qui devenait clément

Cela faisait 31 jours que les explorateurs foulaient le sol du Groenland. Lors des derniers jours, les explorateurs ont dû affronter une tempête qui s’est calmée par la suite. La météo est redevenue clémente. Sur leur profil Facebook, les trois aventuriers partageaient leur quotidien. La veille du drame, Sébastien Audy écrit : « La visibilité était excellente et le terrain était également adapté pour la plupart, avec trois segments de pure merveille !!! Neige poudreuse légère sans sastrugi !!! Le paradis du snowkite. Le sifflement des skis et du traîneau était comme une berceuse dans mes oreilles. C’était des moments de pure joie. Cerise sur le gâteau, nous avons parcouru 132,4Km. Nous nous rapprochons et mon cœur est plein d’espoir. Qaanaaq, attache ta tuque, j’arrive !!! ».

Les risques étaient tout de même présents bien que difficiles à déceler. Le risque de tomber sur des crevasses en se rapprochant de la mer devenait grand. Les deux autres explorateurs l’affirment, Dixie Dansercoer était expérimenté, il connaissait les risques et faisait attention. Un ancien compagnon de route, Stefan Maes a déclaré : « Il n’aurait jamais pris de risques inutiles. Jamais ! S’il avait soupçonné un pont de neige, il aurait cherché un autre moyen. » rapporte 7sur7.

Un danger invisible

Soudain, lors de leur avancée, Sébastien Audy et Johanna Adriana voient Dixie Dansercoer tomber dans un gouffre. Ils ont tout de suite compris que tenter de descendre sous la glace aurait été beaucoup trop dangereux. Ils ont appelé de l’aide rapidement. Un hélicoptère est arrivé bien que la zone ne soit habituellement pas accessible, explique Sébastien Audy.

Le directeur d’Expeditions Unlimited Eric Bonnem a reçu un appel des deux aventuriers et a ensuite contacté le centre de secours d’Upernavik, un village qui bénéficie d’un aéroport et d’un hélicoptère. Le gouffre dans lequel est tombé Dixie Dansercoer ferait 90 mètres de profondeur. Il a fallu plus de quatre heures avant que les secours ne puissent arriver sur place.

Les secours espéraient au moins pouvoir récupérer le corps de l’explorateur mais la profondeur du gouffre rendait cette démarche presque impossible, le câble de l’hélicoptère ne faisant que 40 mètres de long. Sébastien Audy a été retrouvé en état de choc par le médecin. Les sauveteurs et tous les membres présents ont estimé qu’« il n’y avait plus d’espoir » a rapporté Eric Bonnem. Bien qu’une tentative de secours fût planifiée pour le lendemain, en concertation avec Julie Brown, la femme de Dixie Dansercoer, cette dernière tentative ne sera pas réalisée. Selon eux, « les chances qu’il soit retrouvé sont inexistantes ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern