CNews mis en demeure par le CSA après avoir trop donné la parole au Rassemblement national

BelgaImage
BelgaImage

Les chaînes ont l’obligation de respecter la pluralité et Cnews aurait manqué à cette obligation selon le CSA. Selon le gendarme de la télévision, Jordan Bardella, candidat du Rassemblement National aurait eu trop de temps d’antenne sur le plateau. La décision du CSA a été publiée dans le Journal officiel et fait part de neuf interventions entre le 10 et 28 mai, de cet invité pour les élections régionales en Iles-de-France à venir, au détriment des autres listes candidates.

La chaîne doit normalement rapporter le temps d’antenne accordé à ses invités quand ils abordent des thématiques majeures de la campagne, ce qui a été le cas avec Jordan Bardella. Ils ont notamment parlé de la sécurité publique. Le CSA relève que le temps de parole réel du candidat montre « des déséquilibres en ce qui concerne la présentation et l’accès à l’antenne des listes en lice (…) au bénéfice de celle soutenue par le Rassemblement national ».

Le conseil a alors décidé de mettre en demeure la chaîne pour qu’elle puisse « se conformer, à l’avenir, aux dispositions ». c’est-à-dire à respecter le pluralisme politique et donc du temps d’antenne accordé. Les autres listes doivent pouvoir bénéficier d’un accès équitable aux chaînes de télévision.

Déjà un incident en mars

L’AFP qui fait remonter l’information, partage aussi que CNews n’a pas commenté cette décision. Ce n’est pas la première fois que la chaîne du groupe Canal+ se fait remonter les bretelles. En mars dernier, la chaîne avait écopé d’une amende de 200.000 euros pour « incitation à la haine » et « à la violence » suite à des propos d’Eric Zemmour à propos des migrants mineurs isolés.

Si Cnews ne respecte cette mise en demeure, la chaîne devra faire face à une nouvelle sanction allant de l’amende à la suspension de diffusion d’un programme ou bien de la privation temporaire de publicité. Cela a déjà été vu avec l’émission « Touche pas à mon poste », régulièrement dans le viseur du CSA.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern