Les coups de gueule de Laurent Delahousse, frustré de la teneur des débats des élections (vidéo)

Les coups de gueule de Laurent Delahousse, frustré de la teneur des débats des élections (vidéo)
BelgaImage

Ce dimanche, les Français votaient pour le premier tour des élections départementales et régionales et sur France 2, c’est Laurent Delahousse et Anne-Sophie Lapix qui étaient à la manœuvre pour analyser les résultats. Durant la soirée, le premier c’est notamment fait remarquer, et ce à deux reprises. Critiquant à la fois les politiques et les médias, il s’est montré plus cash qu’à l’accoutumée.

La frustration d’un journaliste en manque de vrai débat

Au cours du débat électoral, il a évidemment été question de l’abstention record (près de 68%), qui a visiblement favorisé les candidats sortants PS et LR (droite). Comme le fait savoir Franceinfo, cela s’explique par le contexte sanitaire, la tendance générale à la démobilisation (déjà forte en temps normal pour ce type d’élection) et l’éclatement politique. Mais du côté de Rachida Dati (LR), présente au débat sur France 2, c’est le traitement médiatique de la politique en France qui est pointé du doigt.

Face à cela, Laurent Delahousse acquiesce en disant que « la profession est un petit peu en cause » dans le désintérêt des électeurs. Et il va plus loin encore. Rebondissant sur cette remarque, il se demande si « notre société consumériste n’a pas atteint aussi notre système médiatique ». « Quand on voit parfois sur une chaîne d’information un produit d’information considéré comme un objet de consommation, c’est-à-dire qui alimenter l’audience donc je l’utilise, on ne traite plus parfois les sujets qui sont essentiels pour les Français, mais ceux qui potentiellement font du public », regrette-il. Pense-t-il à une chaîne en particulier ? A CNews, souvent accusée de ce tort-là ? Il ne le dit pas.

Mais ce n’est pas le seul moment où Laurent Delahousse se montre quelque peu agacé. Lors du même débat, il doit gérer la confrontation entre le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure, et la ministre candidate en Île-de-France Marlène Schiappa. Mais la discussion tourne au brouhaha. Il tente de rétablir le calme mais rien n’y fait. Le journaliste s’énerve alors explicitement. « Ça fait longtemps que je n’avais pas animé de débat politique, je commence à vraiment comprendre les Français de plus en plus », se désole-t-il.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern