USA: un policier diffuse du Taylor Swift pour ne pas être filmé (vidéo)

Policier
Capture d’écran Youtube

Ce mardi 29 juin, une scène quelque peu insolite a eu lieu à Oakland, en Californie. Ce jour-là avait lieu le procès d’un policier accusé d’avoir tué un Afro-Américain dans un supermarché Walmart en avril 2020. Des membres de l’association APTP (Anti Police-Terror Project), qui lutte contre les violences policières, ont alors tenté de dérouler une banderole devant le tribunal. Un membre des forces de l’ordre s’y est opposé et les manifestants ont alors essayé de discuter tranquillement avec lui pour parlementer, tout en filmant la scène. Manifestement, le policier n’a apprécié que moyennement la présence de la caméra, même si c’est légal aux USA. Il décide alors de sortir son téléphone et de diffuser une chanson de Taylor Swift. Une initiative qui n’a pas manqué de surprendre les manifestants, alors que la chanteuse a elle-même défendu les victimes de violences policières.

Une discussion vue… par des centaines de milliers de personnes

Ces derniers lui demandent alors pourquoi il fait cela. « Vous pouvez filmer tant que vous voulez, je sais juste que ça ne pourra pas être posté sur YouTube », réplique le policier, en référence aux droits d’auteurs de la chanson. Une réponse qui ne convainc pas vraiment les militants qui lui disent ensuite : « Est-ce que c’est la procédure ? ». « J’écoute juste de la musique », plaide-t-il de façon innocente. La discussion reste calme ensuite et les manifestants ne pourront pas déployer leur bannière.

Sauf que contrairement à ce que le policier croyait, la vidéo a bien été publiée sur Youtube et n’a pas été retirée par le réseau social, probablement à cause de la très mauvaise qualité de la diffusion. Aujourd’hui, plus de 525.000 personnes ont vu l’enregistrement sur Youtube et même près de 850.000 personnes sur Twitter. Le porte-parole du shérif d’Oakland a ensuite condamné la tentative du policier. « Cela ne donne pas une bonne image de la police. Il y a une vraie leçon à retenir de cela », explique-t-il au Washington Post. Une enquête a été ouverte.

Ce n’est pas la première fois que des policiers américains utilisent cette technique. En février dernier, un autre avait diffusé une musique du groupe Sublime à Beverly Hills. Là aussi, cette tentative d’obstruction s’est avérée vaine puisque la vidéo a quand même pu rester sur les réseaux sociaux.