À la télé ce soir: «Ray» ou «Jugée coupable»

BelgaImage
BelgaImage

« Ray », à 21h00 sur Arte – Trois étoiles

de Taylor Hackford (2004)

Né dans un village défavorisé de Géorgie, dans le sud des Etats-Unis, le jeune Ray Charles vit avec sa mère et son frère dans le plus grand dénuement. Un jour, à l’âge de sept ans, il assiste impuissant à la noyade de son plus jeune frère. À l’issue de ce traumatisme, l’enfant tombe malade et devient aveugle. Devenu un musicien accompli, Ray tente sa chance à Seattle, où son immense talent ne tarde pas à exploser. Toutes les épreuves de la vie traversées par Ray Charles sont décrites avec un remarquable mélange de précision sur le plan historique et de romantisme au niveau stylistique, prouvant que le réalisateur a parfaitement maîtrisé son sujet. Oscar du meilleur acteur pour Jamie Foxx, choisi par le chanteur lui-même, qui collabora activement au film juste avant de tirer sa révérence définitive. Superbe.

« Jugée coupable », à 20h45 sur La Une

La série commence ce soir. Lola Brémond, 25 ans, arrive à l’hôtel des Roches blanches pour un entretien d’embauche. Elle découvre que le couple qui le dirige n’est pas au courant d’un rendez-vous avec elle. En repartant, elle reçoit un SMS depuis le numéro qui lui a fixé ce faux rendez-vous. Le message lui dit de se rendre dans un café et de lire le journal du jour. En ouvrant le journal, Lola apprend qu’un meurtre terrible et non élucidé, a eu lieu vingt-cinq ans auparavant dans cette petite ville de Bretagne. Le corps d’une jeune femme, Manon Jouve, a été retrouvé aux pieds d’une falaise. Lola est choquée de se découvrir une ressemblance frappante avec la victime.

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« Stalingrad », à 20h00 sur Club RTL – Quatre étoiles

de Jean-Jacques Annaud (2001)

L’impitoyable duel de deux « snipers » dans les décombres de la ville qui coûta son invincibilité à la Wehrmacht. Les horreurs de la guerre littéralement vues par le petit bout de la lunette de précision, et dans une ambiance totalement hors du commun et un sens de la mise en scène exceptionnel.

« Gravity », à 20h50 sur TMC – Trois étoiles

d’Alfonso Cuarón (2013)

Invité surprise de la saga Harry Potter, l’auteur des « Fils de l’homme » a bluffé la planète entière avec ce drame spatial d’un couple d’astronautes dont la navette est détruite sur orbite à plusieurs centaines de kilomètres d’altitude. On ne parle plus ici de science-fiction mais d’un authentique voyage dans l’espace en temps réel, d’un réalisme total. Le comble est que cette œuvre d’allure minimaliste à cent millions de dollars a l’air si simple qu’on se demande comment personne n’y avait pensé auparavant. Un coup de génie abondamment… étoilé partout et récompensé par sept Oscars dont celui du meilleur réalisateur.

« Le BGG : le bon gros géant », à 21h05 sur France 2 – Trois étoiles

de Steven Spielberg (2016)

Ce n’est évidemment pas au vieux « kid de Cincinnatti » – désormais septuagénaire – qu’on donne des leçons en matière d’effets spéciaux ! Preuve supplémentaire et ô combien lumineuse avec cette somptueuse adaptation du roman de Roald Dahl (l’auteur gallois de « Charlie et la chocolaterie ») due à Melissa Mathison, la scénariste de « E.T. » dont ce fut l’ultime crédit avant son décès en novembre 2015.

« Marie-Francine », à 21h05 sur TF1 – Deux étoiles

de Valérie Lemercier (2017)

Après l’échec – pas vraiment mérité – de « 100 % cachemire », l’auteure de « Palais Royal ! » a retrouvé le succès avec cette nouvelle satire qui vire toutefois à la comédie romantique.