L’album posthume de Prince sortira bientôt, ce sera un album prophétique

BelgaImage
BelgaImage

L’album posthume de Prince est prêt depuis 2010 déjà. Il a été conçu avec des chansons déjà écrites par le chanteur, six ans avant sa mort. Le précieux sésame, très attendu des fans a été conservé tout ce temps dans une chambre forte près de Minneapolis. Les héritiers et coproducteurs ont fait part des sujets abordés dans l’album, il parlera de racisme, des divisions politiques qui secouent les États-Unis mais aussi de la désinformation.

Le chanteur iconique est décédé le 21 avril 2016 d’une overdose accidentelle de fentanyl à l’âge de 57 ans. Une disparition qui a secoué les fans. Dans l’album à sortir, les coproducteurs expliquent que l’activisme du chanteur pour l’émancipation des personnes noires est bien présent et est presque prophétique à la vue de ce qui s’est passé aux États-Unis quelques années plus tard. Morris Hayes, son claviériste et directeur musical raconte que Prince « s’attaque directement à la condition de l’Amérique » et ajoute : « Ce qui se passe avec les réseaux sociaux, les injustices et la conscience sociale… c’est un effort concerté pour vraiment parler de ces questions ».

Un album brut

«  J’ai vraiment aimé le côté brut de l’album et, en ce qui concerne ma production, j’ai juste voulu que ça reste brut, je ne voulais pas encombrer ce qu’il essaie de dire (… ) Il voulait, je crois, un pays qui défende réellement ce qu’il dit défendre : la liberté et la justice pour tous. Et nous avons douloureusement conscience que ce n’est pas le cas . » explique Morris Hayes. Ce dernier parle de Prince comme un musicien en « avance sur son temps », « un sage assis dans un coin ».

L’album devrait comporter des morceaux comme « Running Game (Son of a Slave Master » qui aborde le racisme mais aussi « Same Page, Different Book » qui parle des conflit religieux. Toutes les chansons (8.000 morceaux selon certaines rumeurs) de l’artiste étaient conservées dans un coffre-fort. Une partie d’entre elles ont été déménagées dans un centre de stockage à Los Angeles. Morris Hayes se souvient de l’endroit : « toute cette musique, du sol au plafond ».

Des inédits à partager

Prince était un travailleur acharné qui ne s’arrêtait jamais comme le confie son claviériste : « Il m’avait dit : Jamais, dans ma carrière, il n’y a eu une semaine où je n’ai pas écrit une chanson ou pris ma guitare ».

Aujourd’hui, le patrimoine de la star est géré par sa sœur et ses cinq demi-frères et sœurs, rapporte l’AFP. Les héritiers ont réédité plusieurs fois des versions enrichies de ces albums précédents et quelques démos. Ils ont aussi estimé que l’attitude de Prince en conservant soigneusement ses œuvres était une façon de dire qu’il voulait les partager à un moment ou un autre. L’artiste avait déclaré à Rolling Stone en 2014 : « Je ne pense pas disparaître ».