Verviers: la peur du lendemain

La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.
La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt. - R. Jamin

Le long de la rivière, les Verviétois empilent leurs débris et racontent l’angoisse des mois à venir. Si un phylactère devait flotter au-dessus de chaque sinistré, il serait rempli d’un point d’interrogation. Qu’importe le quartier, de Pré-Javais à Ensival, aucun ne peut avancer avec certitude où il se trouvera dans six mois. Pas même dans deux semaines. Dans la nuit du 14 au 15 juillet, la Vesdre, qui d’ordinaire glougloute à peine, s’est transformée en violents torrents, un mélange boueux d’impressionnantes précipitations et de masses d’eau venues d’Eupen. Les flots déchaînés ont tué des...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète