Après la Norvège, les joueuses françaises de beach handball refusent aussi le bikini

FFHandball
Capture d’écran Instagram

La fronde s’élargit pour dénoncer le port obligatoire du bikini dans le beach handball féminin. Mi-juillet, l’équipe norvégienne avait osé préférer le short pour jouer en championnat d’Europe. La fédération européenne les avait punies avec une amende de 1.500€. Pas de quoi faire peur à l’équipe de France qui a décidé de faire de même. Une protestation collective destinée à mettre fin à cette règle non justifiée d’après elles.

Un « complexe » handicapant

Comme l’explique l’entraîneuse Valérie Nicolas au Parisien, le port du bikini est inconfortable pour pratiquer ce sport. « On tourne, on saute et les gardiennes de buts écartent les jambes. Tu ne te sens pas forcément à l’aise dans un bikini, tu te sens un peu nue », explique-t-elle. « Quand tu as tes règles, il faut que tu aies un tampon donc tu n’as pas le choix de ta protection et pour peu qu’un fil dépasse, tu es toujours en train de flipper. Pour certaines joueuses, c’est un complexe et je comprends qu’elles ne veuillent pas jouer par rapport à ça ».

Pour Valérie Nicolas, le règlement est « incohérent » et aujourd’hui, il est temps que cela cesse. « Celles qui veulent jouer en bikini le peuvent, pas de souci. On demande tout simplement de pouvoir jouer en shorty ou en short […] Je suis prête à me faire sanctionner sans problème, j’espère que la fédération française agira aussi. J’espère que ça aura changé d’ici la prochaine grande compétition, au Championnat d’Europe dans deux ans. Et je pense que ça changera car avec tout ce qu’il se dit, ce n’est pas possible que ça reste comme ça ». Pour l’instant, seuls les garçons peuvent porter un short, ou même un débardeur, pas les filles.