Matt Damon fait son mea culpa sur une insulte homophobe

PHOTONEWS_10932537-222
PhotoNews

Jusqu’à il y a « quelques mois », Matt Damon n’avait aucun souci à utiliser une insulte homophobe. C’est ce que l’acteur a lui-même reconnu dans une interview au Sunday Times. Une confidence qui a quelque peu déçu les internautes anglo-saxons qui l’ont critiqué pour cela. Mais aujourd’hui, Matt Damon veut être clair : il n’est plus question de continuer à utiliser impunément cette provocation.

Pas le premier accrochage avec la communauté LGBTQI+

Ce mot, c’est « faggot ». Un terme peu connu par les non-anglophones qui pourrait être assimilé à « pédé ». Mais comme l’acteur le précise, pour lui, il était jusqu’à peu tout à fait acceptable pour lui de le placer dans une plaisanterie. « J’ai fait une blague il y a quelques mois, et j’ai reçu un traité de la part de ma fille. Elle a quitté la table. J'ai dit "Allez, c'est une blague ! Je dis le mot dans le film 'Deux en un' ! Elle est allée dans sa chambre écrire un très long, très beau traité expliquant pourquoi ce terme est dangereux. J'ai dit 'Ok, je retire le mot en F ! J'ai compris », explique-t-il.

Il a donc fait son mea culpa, mais cela ne l’a pas empêché de voir son attitude condamnée sur les réseaux sociaux. « Donc Matt Damon a découvert ‘il y a quelques mois’, dans un ‘traité’ écrit par un enfant, qu’il n’était pas censé dire ‘faggot’ », s’est indigné Travon Free, un comédien bisexuel. A noter que ce n’est pas la première fois que Matt Damon se fait remarquer pour ses frasques envers la communauté LGBTQI+. En 2015, lors d’une conférence de presse, il avait estimé qu’il était préférable que les acteurs autres qu’hétérosexuels évitent de révéler leur orientation sexuelle. Ses propos sur le mouvement #MeToo ont eux aussi créé la polémique.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux