R Kelly se voyait comme «un génie» pouvant tout se permettre, raconte une victime présumée

belgaimage-179969920-full
ZUMAPRESS

Jugé en ce moment à New York pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, le chanteur américain R Kelly est confronté à plusieurs témoignages accablants depuis quelques jours. Déjà accusé, par une première victime, de séquestration et traitements humiliants pendant plusieurs années, R Kelly a fait face jeudi aux accusations de Stephanie, jeune femme avec qui il a eu des relations sexuelles lorsqu’elle avait 17 ans, rapporte l’AFP.

Âgée aujourd’hui de 39 ans, Stephanie a raconté devant le tribunal avoir côtoyé le chanteur durant six mois. Ils ont commencé à avoir des relations sexuelles alors que Stephanie était mineure, ce à quoi R Kelly ne voyait apparemment aucun inconvénient. Mais ces relations intimes étaient « humiliantes », selon les mots de l’accusatrice. Elle a expliqué que le chanteur filmait souvent leurs ébats, et l’a déjà forcée à avoir des rapports sexuels devant d’autres personnes.

Stephanie a également fait part au juge d’une conversation qu’elle a eue avec R Kelly, au cours de laquelle l’artiste se demandait pourquoi « les gens faisaient toute une histoire » de son attirance pour les très jeunes filles. Il se considérait apparemment comme un génie, autorisé à tout faire sans être puni. « Regarde Jerry Lee Lewis. C’est un génie et je suis un génie », aurait dit R Kelly à Stephanie, prenant l’exemple de la star américaine du rock’n’roll ayant épousé sa cousine de 13 ans, « On devrait pouvoir faire tout ce qu’on veut ».

Stephanie a finalement mis fin à sa relation avec le chanteur vers ses 18 ans, ne supportant plus d’être « utilisée, humiliée et dégradée ».

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».