TF1 promet sa rentrée la «plus riche et variée» en fictions

Phototélé - Denis Manin - Julien Cauvin - TF1
Phototélé - Denis Manin - Julien Cauvin - TF1

Forte des succès de la saison passée, en particulier celui de la série HPI, qui a attiré jusqu’à 12 millions de téléspectateurs, replay inclus, chiffre record pour une série depuis 2005, la chaîne va dégainer son offre « la plus riche en termes de nouveautés, la plus variée en termes de genres et la plus audacieuse en termes de sujets  », selon les mots de son directeur des programmes, Fabrice Bailly.

Au menu, une vingtaine de fictions françaises inédites, dont de nombreuses adaptations de séries étrangères ou d’œuvres littéraires, six séries internationales, dont trois co-productions. Dès jeudi, les téléspectateurs retrouveront ainsi la vedette de HPI, Audrey Fleurot, aux côtés d’Arnaud Ducret dans « Mensonges », un thriller psychologique adapté de la série britannique « Liar ».

Suivra la plus grosse cartouche de la Une, « Une Affaire française », nouvelle collection de mini-séries inspirées de grandes affaires criminelles, dont la première saison sera consacrée à l’affaire Grégory, avec Guillaume de Tonquédec, Gérard Jugnot ou Michaël Youn. S’y ajouteront « Fugueuse », adaptation d’une série québécoise sur la prostitution adolescente, avec encore Michaël Youn et Sylvie Testud, et le polar « Syndrome E », inspiré du roman de Franck Thilliez, avec Vincent Elbaz, Richard Bohringer, Emmanuelle Béart.

Côtés téléfilms, d’autres thèmes sociétaux seront « traités sans tabou mais avec délicatesse  », selon le directeur général des contenus, Ara Aprikian, comme la dysphorie de genre dans « Il est elle », ou les violences sexuelles dans le sport dans « Service volé », adapté du livre de la joueuse de tennis Isabelle Demongeot. Sur le front des séries étrangères, la Une mise notamment sur « The Undoing », un thriller porté par Nicole Kidman et Hugh Grant, un an après l’échec relatif sur son antenne d’une autre série HBO avec l’actrice australienne, « Big Little Lies ». Egalement au programme, les séries américaine « La Brea » et allemande « Sissi ».

La chaîne, qui s’était associée à Netflix pour « Le Bazar de la charité », a renouvelé l’expérience avec « Une mère parfaite », série co-produite avec la chaîne allemande ZDF, mettant en scène Julie Gayet et Tomer Sisley.

AFP