Covid dans la famille royale: la rentrée d’Élisabeth à Oxford est-elle menacée?

belgaimage-179062234-full
DUTCHPRESSPHOTO

« Suite à un cas positif au covid-19 au sein de la famille royale, le Roi et la reine ont décidé, par mesure de précaution, de limiter leurs contacts dans les jours à venir », a annoncé le Palais royal ce jeudi matin. D’après Belga, la personne contaminée serait l’un des plus jeunes enfants du couple royal.

Cela exclut dont la princesse Élisabeth, l’aînée de la famille. Mais elle est tout de même considérée comme cas contact, étant donné qu’elle vit avec ses frères et sœur au Château de Laeken. Dès lors, une question légitime se pose : Élisabeth pourra-t-elle effectuer sa rentrée dans la prestigieuse université d’Oxford comme prévu ?

Heureusement, oui ! Car la duchesse de Brabant commencera son cursus en octobre, et non pas en septembre. Elle intégrera le Lincoln College, l’un des 38 collèges de l’institution d’Oxford, pour trois ans, dans l’optique de décrocher son master en Histoire et Sciences politiques.

Comme l’explique le Palais royal, la princesse Élisabeth connaît déjà bien le Royaume-Uni. En 2020, elle a obtenu son baccalauréat international au Pays de Galles, à l’UWC Atlantic College.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?