Akhenaton s’explique après son hospitalisation: «Je ne suis pas antivax, je ne veux pas me faire ce vaccin-là»

BelgaImage
BelgaImage

Au début du mois, le rappeur Akhenaton a dû être admis à l’hôpital pour détresse respiratoire. Le chanteur a en effet contracté une forme du Covid-19. Le chanteur se positionne contre la vaccination obligatoire et le pass sanitaire et ne semble pas avoir changé ses positions. Il avait déclaré avant son hospitalisation : « Avec le groupe IAM, nous sommes contre la vaccination obligatoire à l’usure ou non dans le cas des soignants et d’autres métiers ».

Jeudi 3 septembre, Akhenaton était invité sur le plateau de Télé-Matin pour revenir un peu sur ses positions après ses problèmes de santé. Rien de très grave pour lui car il explique : « Je n’ai pas été intubé, je suis resté quatre ou cinq heures en réanimation. En fait, ils m’ont réoxygéné. Après, je suis resté trois jours en observation ».

Pas pour ce vaccin et contre le pass sanitaire

Le chanteur a ensuite continué sur ses positions sur le vaccin qu’il ne reconnaît pas comme une thérapie. «  Pour être antivax, il faut déjà qu’il y ait un vaccin, et aujourd’hui, la loi européenne ne reconnaît pas cette thérapie-là comme étant un vaccin. Je ne suis pas antivax, je ne veux pas me faire ce vaccin-là, c’est très différent  » a-t-il déclaré. À propos du pass sanitaire, Akhenaton a rajouté : «  J’ai aussi pris position contre le pass sanitaire parce que pour moi, ce ne sont pas des mesures scientifiques : le métro sans pass, le train sans pass, c’est scientifique ? Non, c’est politique. Les professeurs non vaccinés, les élèves vaccinés, c’est scientifique ? Non, c’est politique. Ce n’est pas du tout offensif, mais on doit avoir le choix et la liberté . »

Le rappeur en appelle donc à ses libertés individuelles pour expliquer son opposition à la vaccination. En Europe, la barre des 70 % de la population vaccinée a été passée, mais il reste encore beaucoup d’obstacle à franchir notamment avec l’arrivée de nouveaux variants.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?