Thomas Pesquet va participer à une dictée géante depuis l’espace

belgaimage-180086120-full
Zumapress

Les amoureux de l’espace et des mots sont invités dimanche à participer à une dictée géante, qui sera lue en orbite par l’astronaute français Thomas Pesquet et retransmise au Musée de l’air et de l’espace du Bourget, près de Paris.

Environ 500 personnes de tous âges sont attendues, munies d’une feuille et d’un stylo, pour écrire sous la dictée de l’astronaute un extrait du roman de Marguerite Duras « Un barrage contre le Pacifique », précisent les organisateurs de cet événement en accès libre et en plein air.

À 15H00, sur le tarmac d’exposition où seront installées tables et chaises, un écran géant retransmettra une vidéo pré-enregistrée de Thomas Pesquet, en mission depuis avril dans la Station spatiale internationale, à 400 km de la Terre.

«  C’est Thomas Pesquet qui a choisi ce classique de la littérature française », explique à l’AFP le romancier Rachid Santaki, fondateur de la dictée géante.

Depuis huit ans, cet auteur de romans noirs (dont « Les Anges s’habillent en caillera ») fait «  sortir la dictée de l’école » pour la décliner dans des lieux improbables et en faire un exercice populaire et «  grandiose » : il a lu plus de 500 textes dans des établissements pénitentiaires, des quartiers urbains, au Stade de France, mais aussi sur les réseaux sociaux et à la radio.

«  En emmenant la dictée dans l’espace, on va faire rêver les gens ! », s’enthousiasme l’écrivain, soucieux de faire surmonter le «  traumatisme » qu’a pu être pour certains l’exercice sur les bancs de l’école.

«  J’aime beaucoup le principe de rendre ludique – je l’espère – un exercice qui a parfois mauvaise réputation », abonde dans son message l’astronaute de 43 ans.

Thomas Pesquet confie avoir lu à l’âge de 20 ans « Un barrage contre le Pacifique », paru en 1950. «  Participer à la dictée de l’espace, cela me donne envie de le relire avec mon regard d’aujourd’hui, de voir comment la métaphore du barrage résonne en moi à présent ».

Après sa première lecture de l’extrait (700 signes environ), Rachid Santaki s’attellera à la seconde, en débit lent, avant la séance d’auto-correction.

L’événement sera retransmis le samedi 11 septembre à 17H00 lors de son émission sur la radio France Culture.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?