Jean Imbert flingué par les critiques gastronomiques: «Il a le talent du business et des paillettes, pas de la cuisine»

belgaimage-151915602-full
Abacapress

Récemment nommé à la tête des cuisines du prestigieux Plaza Athénée à Paris, Jean Imbert essuie depuis une pluie de critiques. Connu pour sa participation (et sa victoire) à « Top Chef » en 2012, le chef fréquente et cuisine pour plusieurs stars (notamment Pharell Williams), ce qui lui donne une réputation de chef « bling-bling », qui ne plaît pas à tout le monde dans le domaine de la gastronomie.

Interviewé dans Télématin vendredi, le critique culinaire François-Régis Gaudry a dit tout ce qu’il pensait de Jean Imbert et de sa nomination au Plaza Athénée. « La nomination de Jean Imbert fera date dans l’histoire de la gastronomie, parce que c’est la première fois qu’on choisit, au sein d’un palace, un chef non pas pour sa formation culinaire, ses compétences, son talent gastronomique, celui d’inventer des plats signatures mais plutôt pour d’autres talents. Des talents extra-culinaires  ! », s’est exprimé celui que l’on voit dans « Top Chef : les grands duels ». Il a ensuite détaillé ce qu’il voulait dire par « des talents extra-culinaires » : « le réseautage, le talent de se prendre en photo avec des gens célèbres, le talent du carnet d’adresses, le talent de monter des partenariats avec des marques… ». Selon lui, Jean Imbert possède le talent du business, des paillettes et de l’argent, « et ça, ce n’est pas vraiment le talent de la cuisine ! ».

Fin du mois d’août François-Régis Gaudry avait déjà tenu des propos similaires dans un article du Monde. Et d’autres critiques gastronomiques, notamment Emmanuel Rubin, l’avaient rejoint dans ses remarques. Ce dernier s’agaçait de voir Jean Imbert aux commandes du palace parisien, le décrivant comme « Le mec qu’on ne voit jamais en cuisine et qui pose déguisé en tablier pour l’occasion » de sa nomination. « Il lui est arrivé un grand malheur, gagner Top Chef. Après, il n’a plus travaillé », affirmait le critique, avant de lancer une dernière pique au vainqueur de « Top Chef » : « Son meilleur plat, c’est son compte Instagram ».

Si Jean Imbert, le chef aux 424.000 abonnés Instagram, plaît aux téléspectateurs, c’est apparemment beaucoup moins le cas pour certaines personnes du monde de la gastronomie.

 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.

  • Il est encore temps de semer

    Shutterstock

    Que vous ayez un potager ou un balcon, il est toujours possible de semer quelques légumes pour l’hiver : à vous ensuite la salade de blé et la frisée aux lardons.