Lââm impose ses conditions pour participer à «Danse avec les stars» dans le choix des robes

BelgaImage
BelgaImage

« Danse avec les stars » revient cette année sur TF1. Le casting est impressionnant et l’on peut y retrouver Lââm. La chanteuse est visiblement très excitée de faire partie de l’aventure cette fois-ci, bien qu’elle ai déjà refusé par le passé. Mais pour venir dans l’émission, Lââm a négocié avec la production concernant le choix de ses tenues.

Pour la chanteuse, rien de trop sexy ni trop échancré. C’est lors d’une conférence de presse que la chanteuse a expliqué les discussions qui ont eu lieu à propos des tenues dans l’émission. Les téléspectateurs sont en effet habitué à voir les candidats amenés à danser de façon très proche de leur partenaire, les hommes finissent bien souvent torse nu et les femmes dans des robes assez échancrées.

« Je ne porterai pas de choses courtes »

Lââm ne veut pas de ça pour son passage. Elle a ainsi expliqué lors de la conférence de presse : « C’est la deuxième fois qu’on me propose Danse avec les stars, je ne voulais pas le faire parce que j’ai toujours été très complexée par rapport à mon corps. De par mes origines (tunisiennes), on ne montre pas son corps. Je me suis dit que si c’était pour encore faire des problèmes dans la famille… Une Norvégienne qui montre ses fesses, ce n’est pas pareil qu’une Maghrébine qui montre ses fesses à la télé. Dans la famille, tu montres un bout de chair, tu es dévergondée ».

Elle ajoute aussi comment ses tenues ont parfois déjà assez suscité des remarques : « J’ai mis une perruque rose, ça a déjà été quelque chose. Et puis j’ai de gros tatouages, je n’ai pas envie de faire camionneur avec une robe. Je leur ai demandé de les cacher. J’ai déjà un petit côté racaille et vulgaire, je n’ai pas envie de ramener ce côté camionneur. Si en plus, je montre mes tatouages sur TF1, les ménagères vont faire une crise cardiaque. Pour les jambes, en tant que femme maghrébine, je ne porterai pas de choses courtes. Sinon je vais avoir de longues discussions à Noël. Cela peut-être sexy, on pourra voir un bout de jambe, mais pas de court ! Il ne faut pas que ça fasse vulgaire  ! » a-t-elle expliqué à Télé-Loisirs. Le message et la demande sont clairs.

Jean-Paul Gaultier parmi le jury

En parlant couture, cette année de « Danse avec les stars » sera aussi marquée par la présence de Jean-Paul Gaultier dans le jury. Une présence qui surprend un peu puisque ce dernier est plus habitué aux machines à coudre qu’aux studios de danse. Le célèbre couturier a tenu à expliquer que sa présence et son jugement seraient complémentaires. Il a ainsi déclaré à Télé-Loisirs  : « Évidemment, je serai incapable de dire si la technique du foxtrot est impeccable mais je vais laisser parler mes émotions, dire ce que j’ai ressenti en voyant. Les pas précis, absolument pas. Mais ce n’est pas ce qu’on veut de moi. Il y a des techniciens parfaits pour cela. Ce n’est pas du tout là qu’on m’attend, je crois. Mais plutôt dans l’intensité, le progrès. Je ressens les choses et je m’intéresse à la chorégraphie en tant que spectacle total. Et dans la danse, surtout contemporaine, il y a un mélange de tout… Je vais faire des commentaires sur la grâce, le progrès, l’intensité et l’émotion qui en ressort. On doit être un peu complémentaires  ! ».

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?