Un Français retrouve son chat en Suisse après l’avoir perdu en Italie quatre ans plus tôt

BelgaImage
BelgaImage

Voilà une histoire improbable que rapporte le journal Vosges Matin. Un Français, Robert Kolb a enfin retrouvé son chat perdu quatre ans plus tôt. Le Vosgien avait perdu Minette, son chat, lors de ses vacances à Porlezza, une commune sur le lac de Côme, proche de la frontière.

Robert Kolb s’est tout de suite mis à la recherche de son chat pendant quatre jours avant de se résigner à rentrer chez lui pour travailler. Mais chaque année, le Vosgien continuait ses recherches jusqu’à une bonne nouvelle. L’organisme du « Fichier national d’identification des carnivores domestiques » a contacté Robert Kolb pour lui annoncer que sont chat avait été retrouvé. C’est une femme de 25 ans qui a retrouvé l’animal dans un tunnel routier en Suisse.

C’est la puce qui a permis de retrouver le propriétaire de Minette. L’homme s’est donc précipité pour récupérer son chat, sûrement soulagé de l’avoir retrouvé après ces quatre années. Vosges Matin assure que Minette se remet doucement et reprend ses habitudes dans le confort de sa maison à Saint-Maurice-sur-Moselle.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?