Le petit ami de Miss Belgique a pu sortir de prison

B9728233530Z.1_20210907133232_000+GRKISKUNK.2-0
Capture d’écran Instagram

Mercredi dernier, Losene Keita, le petit ami de la Miss Belgique actuelle Kedist Deltour, a été arrêté près de Courtrai. La raison : une peine de prison de cinq mois attribuée en février 2020, que le jeune homme n’a jamais purgée car il ne s’est pas présenté à son procès.

Pour Kedist Deltour, cette arrestation était incompréhensible, car les faits pour lesquels a été condamné Losene Keita remontent à 2016. « Depuis 2016, il n’en avait plus jamais entendu parler et n’a jamais été impliqué dans aucun autre fait. C’est terrible que cinq ans plus tard, il soit soudainement jeté en prison pour cela », s’insurgeait aussi l’avocat du jeune homme Thomas Vandemeulebroucke.

Mais pour finir, ce dernier a obtenu la libération de son client, a fait savoir Het Nieuwsblad mercredi en fin de journée. Losene Keita a en effet quitté la prison d’Ypres dans l’après-midi, afin de rejoindre le domicile de sa compagne, jusqu’à un nouveau procès le 29 septembre. Le récent champion de MMA doit cependant respecter trois conditions d’ici là. Il ne peut pas quitter le territoire belge, doit vivre chez Kedist Deltour et se présenter tous les jours à la police.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?