Les victimes du 13-Novembre furieuses après le discours de Salah Abdeslam (vidéo)

belgaimage-180921703-full
BelgaImage

« Un discours haïssable qui a le mérite de la limpidité ». Pour Georges Salines, le père d’une fille tuée au Bataclan en 2016, a été abasourdi par les propos de Salah Abdeslam ce mercredi, lorsque ce dernier a justifié les attentats du 13-Novembre devant le tribunal. « On a visé la France, la population, les civils mais on n'a rien de personnel contre ces gens-là », a déclaré le terroriste, qui ne nie rien aux faits. Des propos qui ont choqué les victimes présentes dans la salle, certaines tremblant ou pleurant.

« C'est d'une indignité absolue »

« Quand il nous dit qu’il n’y a rien de personnel, on a quand même envie de rigoler un peu parce que j’ai quand même pris deux balles », réagit à Quotidien l’une des victimes du Bataclan, Sophie Parra. « C’était assez dur, sur le coup j’ai pleuré. Et puis au fur et à mesure qu’il s’exprimait, j’étais en colère. A aucun moment il ne s’est excusé. Ce n’était pas contre nous, c’était contre la France, mais c’est nous qui étions là. Donc si, c’était contre nous ».

« Je ne m'attendais pas au bout d'une semaine de procès à ce qu'il décomplexe son propos », se désole auprès de BFMTV David, une autre victime des attentats. « C'est d'une facilité et d'une violence. C'est d'une indignité absolue. C'est un manque de respect envers le vécu de toutes les victimes ».

« C’est évident que c’est violent de venir dire ‘j’assume’ et ‘je le referai demain et c’est normal’, et en plus ‘je vous ai tués mais il n’y a rien de personnel’. Je pense qu’il ne prend pas la mesure de ce qu’il dit », réagit auprès de Quotidien Gérard Chemla, avocat d’une des parties civiles.

A part Salah Abdeslam, les autres accusés se sont désolidarisés des attentats et les ont même « fermement » condamnées. Les victimes, pas toujours convaincues de leurs propos, ont néanmoins salué le fait que la cour leur donne la parole. « C'était opportun et fait de manière intelligente de leur donner la parole à ce moment-là du procès », conclut Georges Salines.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux