R. Kelly comparé à un «sex symbol» et à Martin Luther King lors de sa défense

BelgaImage
BelgaImage

La défense de R. Kelly assure que le chanteur n’est pas un « prédateur sexuel » mais bien un « sex symbol ». Depuis plus d’un mois, le chanteur est en procès pour exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption, travail forcé mais aussi extorsion. Les crimes qui lui sont reprochés se sont déroulés entre 1994 et 2018.

L’avocat de la star, Deveraux Cannick a pris la défense de son client et a souhaité se détacher de cette image de « prédateur » et chef d’un « système ». Il a ainsi déclaré à propos de son client : « Son label a commencé à le promouvoir comme un « sex symbol », un playboy, alors il a commencé à vivre une vie de « sex-symbol », de playboy ».

Neuf femmes et deux hommes ont fait face au chanteur. Les victimes ont raconté les abus sexuels, les viols et prises de drogue forcées mais aussi l’enfermement et les faits de pédopornographie. Le chanteur a été décrit par l’accusation comme un « prédateur » qui a mis en place un « système » de contrôle.

Moquerie de la part de la défense

Sur un ton parfois moqueur, l’avocat a au contraire dépeint les victimes, dont certaines étaient mineures au moment des faits, comme des groupies avides d’argent et a ajouté que « beaucoup de gens survivent grâce à R. Kelly  » faisant ainsi référence au documentaire des victimes accusant le chanteur « Surviving R. Kelly ». Il a continué en déclarant que « le sexe pervers, ce n’est pas un crime » et que le chanteur « traitait ces femmes comme des reines ». Enfin Deveraux Cannick s’est emporté dans une comparaison entre R. Kelly et Martin Luther King, disant que le rappeur n’avait cherché qu’à « protester contre l’injustice ».

Le jury composé de sept hommes et cinq femmes, devra délibérer sur la culpabilité du chanteur après la plaidoirie finale. L’ancien rappeur risque 10 ans de prison s’il est reconnu coupable de toutes les charges.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?