DALS : Dita Von Teese avait posé deux conditions avant de participer à l’émission

Dita Von Teese.
Dita Von Teese. - Belgaimage

La participation de la figure du burlesque, Dita Von Teese, à la version française de l’émission « Danse avec les stars » en a surpris plus d’un. Et pour cause, l’Américaine avait une première fois refusé de participer au show dans son pays, aux Etats-Unis. « Le fait que cela se passe à Paris a rendu le projet beaucoup plus attractif car j’adore la France et c’était l’occasion de séjourner dans votre capitale. L’idée de faire Danse avec les stars est devenue romantique, du coup », a-t-elle affirmé à TV Mag.

Mais il n’était toutefois pas question que la star s’envole pour la France sans avoir posé quelques conditions au préalable. Premièrement, Dita Von Teese a voulu emmener sa propre équipe de coiffeurs et de maquilleurs. « « C’est important pour moi quand je suis dans la loge ou le dressing-room d’être entourée de personnes que je connais si bien », justifie-t-elle. Autre exigence : avoir un style irréprochable. « J’ai aussi pris quelques accessoires de mes propres costumes de spectacles, juste au cas où, si jamais on ne m’en donne pas assez ! »

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?