Vives tensions dans «Touche pas à mon poste»: la sécurité intervient (vidéo)

On le sait, « Touche pas à mon poste » est une émission au cours de laquelle le ton monte souvent entre invités et chroniqueurs. Il n’est pas rare que certains quittent le plateau, excédés, ou menacent de s’en prendre physiquement à un intervenant.

Ce fut encore le cas ce jeudi soir, lors d’une séquence où Yassine Belattar, humoriste, donnait son point de vue sur le chroniqueur et polémiste Éric Zemmour. Excédé par l’ascension politique de l’ex-chroniqueur d’« On n’est pas couché », il a déclaré que les soutiens d’Éric Zemmour finiraient par « le payer ». Une remarque que n’ont pas digérée Jordan Bardella, le Président du Rassemblement National et Éric Naulleau, ancien acolyte de Zemmour sur le plateau d’« On n’est pas couché ».

« Tu es con en plus d’être menaçant ! »

«  Payeront quoi ? Il faut vraiment que tu arrêtes les menaces, camarade. Vraiment, je vais traverser le plateau. Ça fait deux fois que je te le dis, la troisième je viens ! Les guignols dans ton genre, avec les menaces par-dessous… Dis-les moi en face, les menaces !  », s’est exclamé Éric Naulleau, visiblement excédé. Quant à Jordan Bardella, il a estimé que Yassine Belattar proférait des menaces graves, allant même jusqu’à parler de « fatwa », terme de l’Islam désignant une consultation juridique donnée par une autorité religieuse à propos d’un cas douteux… Un mot dont l’usage s’est développé en Occident, suite aux attentats revendiqués par des groupes islamistes, pour désigner une condamnation à mort.

« Samuel Paty, ça a commencé par ça », a-t-il déclaré, faisant référence au professeur de français assassiné par un terroriste. La situation n’a pas cessé de s’envenimer sur le plateau, Yassine Belattar évoquant un « Éric Naulleau à 15 % », voulant parler d’Éric Zemmour. Un lapsus qui n’a plu au principal intéressé. «  C’est la preuve que je n’arrive pas à vous différencier  », s’est alors justifié l’humoriste. «  Oui, mais c’est la preuve que tu es con en plus d’être menaçant ! Ça fait beaucoup. Je ne peux pas me laisser traiter de facho !  », a vivement répondu Éric Naulleau.

« La condescendance du petit facho », a ajouté Yassine Belattar. Une remarque qui n’est pas passée, Éric Naulleau se levant alors dans une attitude menaçante : «  Vraiment, je commence à en avoir marre. Tu ne vas pas me traiter toutes les cinq minutes ! Je te préviens !  ». Le service sécurité de l’émission a été contraint d’intervenir pour éviter tout débordement. Finalement, chaque invité a repris sa place, dans le calme et l’émission a pu se poursuivre jusqu’à la fin.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux