Vives tensions dans «Touche pas à mon poste»: la sécurité intervient (vidéo)

On le sait, « Touche pas à mon poste » est une émission au cours de laquelle le ton monte souvent entre invités et chroniqueurs. Il n’est pas rare que certains quittent le plateau, excédés, ou menacent de s’en prendre physiquement à un intervenant.

Ce fut encore le cas ce jeudi soir, lors d’une séquence où Yassine Belattar, humoriste, donnait son point de vue sur le chroniqueur et polémiste Éric Zemmour. Excédé par l’ascension politique de l’ex-chroniqueur d’« On n’est pas couché », il a déclaré que les soutiens d’Éric Zemmour finiraient par « le payer ». Une remarque que n’ont pas digérée Jordan Bardella, le Président du Rassemblement National et Éric Naulleau, ancien acolyte de Zemmour sur le plateau d’« On n’est pas couché ».

« Tu es con en plus d’être menaçant ! »

«  Payeront quoi ? Il faut vraiment que tu arrêtes les menaces, camarade. Vraiment, je vais traverser le plateau. Ça fait deux fois que je te le dis, la troisième je viens ! Les guignols dans ton genre, avec les menaces par-dessous… Dis-les moi en face, les menaces !  », s’est exclamé Éric Naulleau, visiblement excédé. Quant à Jordan Bardella, il a estimé que Yassine Belattar proférait des menaces graves, allant même jusqu’à parler de « fatwa », terme de l’Islam désignant une consultation juridique donnée par une autorité religieuse à propos d’un cas douteux… Un mot dont l’usage s’est développé en Occident, suite aux attentats revendiqués par des groupes islamistes, pour désigner une condamnation à mort.

« Samuel Paty, ça a commencé par ça », a-t-il déclaré, faisant référence au professeur de français assassiné par un terroriste. La situation n’a pas cessé de s’envenimer sur le plateau, Yassine Belattar évoquant un « Éric Naulleau à 15 % », voulant parler d’Éric Zemmour. Un lapsus qui n’a plu au principal intéressé. «  C’est la preuve que je n’arrive pas à vous différencier  », s’est alors justifié l’humoriste. «  Oui, mais c’est la preuve que tu es con en plus d’être menaçant ! Ça fait beaucoup. Je ne peux pas me laisser traiter de facho !  », a vivement répondu Éric Naulleau.

« La condescendance du petit facho », a ajouté Yassine Belattar. Une remarque qui n’est pas passée, Éric Naulleau se levant alors dans une attitude menaçante : «  Vraiment, je commence à en avoir marre. Tu ne vas pas me traiter toutes les cinq minutes ! Je te préviens !  ». Le service sécurité de l’émission a été contraint d’intervenir pour éviter tout débordement. Finalement, chaque invité a repris sa place, dans le calme et l’émission a pu se poursuivre jusqu’à la fin.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?