«À plat ventre, le nez collé contre le sol»

Tapie n’a jamais cru qu’il finirait un jour en taule, victime de ses petits « arrangements ».
Tapie n’a jamais cru qu’il finirait un jour en taule, victime de ses petits « arrangements ». - BelgaImage

Condamné en 1997 à huit mois d’enfermement dans le cadre de l’affaire du match truqué OM (club dont il était le patron)-Valenciennes, Bernard Tapie avait survécu à cette douloureuse épreuve en tenant un journal dans sa cellule. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage (« Librement » – Plon – 1998), nous l’avions longuement rencontré. Comme à la lecture de son livre, Tapie nous avait touchés, voire bouleversés par instants, quand il racontait dans le détail sa privation de liberté.

Totalement sous le choc, il ne souvenait pas de son admission...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète