Dominique Strauss-Kahn en colère après la diffusion d’un épisode de «Cash Investigation» consacré à ses affaires

belgaimage-174537563-full
Belgaimage.

Ce jeudi 7 octobre, un numéro de l’émission « Cash Investigation » diffusé sur France 2 était consacré aux affaires fiscales de Dominique Strauss-Kahn, ex-ministre français des Finances et ex-directeur du Fonds monétaire international.

Cette diffusion, qui intervient en plein « Pandora Papers », cette enquête à grande échelle menée par des journalistes du monde entier, a mis au jour des éléments plutôt troublants. Le désormais homme d’affaires et conférencier se serait exporté au Maroc et dans un Émirat arabe dont les conditions fiscales sont plutôt arrangeantes. À plusieurs reprises en cours d’épisode, les équipes d’Élise Lucet expliquent avoir tenté de joindre le principal intéressé pour obtenir plus de précisions, sans succès.

« Quand la méchanceté devient mensonge »

Toute cette affaire, diffusée à une heure de grand audimat, n’a pas manqué de mettre en colère Dominique Strauss-Kahn. Dans un tweet, il critique les méthodes de l’équipe d’investigation et met en cause la véracité des informations diffusées : «  #CashInvestigation Quand la méchanceté devient un mensonge. Vos équipes de professionnels auraient pu vérifier que je suis résident fiscal marocain depuis 2013 et que j’y paye mes impôts à hauteur de 23,8 % de mes bénéfices, soit 812 000 euros pour les années 2018, 2019 et 2020 » .

Pas de quoi laisser Élise Lucet se démonter. Sur le plateau de « C à vous », elle a réexpliqué avoir tout tenté pour joindre l’homme d’affaires : «  On avait un portable parisien, un portable marocain et un portable émirati. Mais il m’a mise sur liste grise, ou noire, ou rouge… En tout cas, il ne vou lait pas que l’on se parle  ».

Dans un entretien pour « Puremédias », la journaliste s’est dite étonnée de la voie de réponse choisie par Dominique Strauss-Kahn : «  Je lui ai laissé des messages partout. Malheureusement, il n’a pas souhaité répondre à nos questions. Ce qui me frappe un peu, c’est répondre par un tweet de trois lignes, en décalage par rapport à ce que nous disons. C’est dommage. On le regrette. On aurait préféré un entretien en bonne et due forme.  »

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».