À la télé ce soir: «La créature secrète» ou «La malédiction de la Vologne»

BelgaImage
BelgaImage

« Claudia Cardinale - La créature secrète », à 22h45 sur Arte

Elle a illuminé de son sourire radieux plus d'une centaine de films, dont quelques monuments de l'histoire du cinéma (entre autres «Le guépard» et «Huit et demi», ses chefs-d'oeuvre préférés, tournés en même temps en 1962, puis «Il était une fois dans l'Ouest»). Lorsqu'elle a fait une entrée fracassante, à 23 ans, dans le septième art, en venant présenter à Cannes deux films («La fille à la valise» de Zurlini, et «Le mauvais chemin» de Bolognini), on l'a prise pour une Bardot brune, ou une nouvelle Sophia Loren.

« La malédiction de la Vologne », à 21h00 sur La Trois

Quatre ans après la mort de Grégory, la cour d'appel de Nancy rejette le dossier à charge du juge Lambert et en nomme un nouveau, Maurice Simon, doyen et légende vivante du tribunal de Dijon. Celui-ci reprend l'enquête depuis le début. Très rapidement, grâce à de nombreuses reconstitutions, ce magistrat expérimenté est persuadé de l'innocence de Christine Villemin. Mais le juge Simon, comme tant d'autres avant lui, va être frappé du syndrome Grégory, une sorte de fièvre passionnelle qui tourne à l'obsession. Il bascule dans une croisade personnelle pour blanchir celle qu'il considère comme une héroïne, Christine Villemin, et, surtout, débusquer le vrai tueur.

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« Johnny Guitare », à 20h55 sur Arte - Quatre étoiles

de Nicholas Ray (1954)

L’un des westerns les plus cinéphiliques et adulés, tant par les inconditionnels du genre que par les féministes, car ce sont bien deux femmes – de caractère certes – qui s’affrontent sans merci, diaboliquement incarnées par Joan Crawford et Mercedes McCambridge. Et le pauvre héros musicien dans tout ça ? Tout juste bon à se cacher sous les jupons de la première nommée au piano, dans une scène d’anthologie et de symbolisme.

« Les grandes vacances », à 21h05 sur C8 - Trois étoiles

de Jean Girault (1967)

Tournée la même année qu’ « Oscar » et « Fantômas contre Scotland Yard » avec un Louis de Funès au sommet de sa popularité, cette comédie très rythmée garde une belle fraîcheur toute estivale. Surtout quand vient… la fin de l’été.

« Le brio », à 21h10 sur France 2 - Trois étoiles

d’Yvan Attal (2017)

Après un « Do not disturb » complètement raté et un « Ils sont partout » rédempteur, le natif de Tel-Aviv fait totalement mouche avec cette comédie dans le parfait air du temps, où Daniel Auteuil et la chanteuse Camélia Jordana – César du meilleur espoir féminin – jouent en parfaite complicité.

« Les Miller, une famille en herbe », à 20h55 sur Tipik - Deux étoiles

de Rawson Marshall Thurber (2013)

Cette comédie d’action en forme de « road movie » multiplie les enchaînements et les changements de rythme avec une belle énergie, voire même une inspiration devenue plutôt rare dans le genre. La toute bonne surprise du film, toutefois, c’est la manière effrontée avec laquelle Jennifer Aniston casse son image de gentille blonde formatée.

« 50 nuances de Grey », à 21h05 sur TF1 - Une étoile

de Sam Taylor-Wood (2015)

Du best-seller de la Britannique Erika L. James, sa consœur connue pour le superbe mais resté trop confidentiel « Nowhere Boy » évoquant la jeunesse de John Lennon, a tiré une adaptation presque irréprochable sur le plan esthétique mais beaucoup trop « soft » en général ! On attendait un drame érotique et sulfureux à souhait et on hérite d’une gentille bluette, avec un couple sympa mais dénué de toute passion réellement fiévreuse.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux